Eupen 4700

Près de soixante logements en 2021 pour remplacer l'Eupen Plaza

Un centre commercial qui sera démoli pour céder la place à du logement, c'est le sort qui attend dans les semaines et mois à venir l'Eupen Plaza, dans la capitale de la Communauté germanophone.

 Ce centre commercial d'une soixantaine d'emplacements n'a jamais vraiment tenu ses promesses et 20 ans après son ouverture, soit à l'horizon 2020-2021, 59 logements auront pris sa place. Le promoteur immobilier a obtenu son permis et va investir 12 millions d'euros.

60 cellules commerciales, trois millions de clients annuels, c'était l'ambition de l'Eupen Plaza. Au mieux, il n'a compté que 50 commerces, aucune réelle locomotive et une faible fréquentation. Son propriétaire a donc décidé de le raser aux trois quarts et d'y construire 59 logements et un parking public payant de 50 emplacements.

L'échec du centre commercial n'a pas surpris l'échevine de l'Aménagement du territoire et future bourgmestre d'Eupen, Claudia Niessen (architecte urbaniste de formation), qui par contre se réjouit de ce projet de logements : "On est la capitale de la Communauté germanophone mais on n’a quand même que 20 000 habitants. De plus, on est proche de Maastricht, de Liège et d’Aix-la-Chapelle. Ce projet de logement s’implante dans un très bon endroit pour cela. C’est à une minute de la gare donc au niveau mobilité c’est un super endroit. Le problème, c’est plutôt le prix auquel les logements seront vendus. Ce sont les prix du marché privé, qui sont très élevés ici à Eupen".    

L’exemple à ne pas suivre

L'Eupen Plaza, c'était un peu l'exemple à ne pas suivre, selon Guénaël Devillet, le directeur du Ségéfa, le service d'études en géographie économique de l'Université de Liège : "Le cas d’Eupen est particulier dans le sens où ce centre commercial a été mal conçu. D’une part parce qu’il était sur quatre niveaux, sans locomotive commerciale (le Colruyt était tourné plutôt vers son parking que vers le centre) et qu’il était du mauvais côté de la ville par rapport à l’autoroute. D’autre part, il n’a pas concurrencé le centre-ville. Dans ce cas-ci, ce sont plutôt les commerçants indépendants et dynamiques du centre-ville qui ont gagné".

Pour cet expert, les centres commerciaux continuent quand même de rencontrer un certain succès : "Les centres commerciaux bien conçus fonctionnent bien, qu’ils soient en centre-ville ou en périphérie. Maintenant, on parle de centres commerciaux mais aussi de ‘retail park’, donc de développements en périphérie qui sont développés par un seul promoteur. Et là, on voit quand même qu’en périphérie en général, les derniers chiffres montrent que des cellules vides apparaissent aussi. Cela prouve bien que le marché du commerce de détail est complètement saturé en Belgique".

Pour Guénaël Devillet, il n’y a pas de doute sur ce qui est nécessaire à un centre commercial pour avoir une chance de succès : "Un centre commercial en général a besoin de locomotives : en matière d’équipement de la personne (vêtements, etc.) et en alimentation. Ils doivent aussi être conçus de manière à ce que les cheminements se fassent naturellement, donc souvent sur un seul niveau. Plus vous avez d’étages et de sous-sols, moins cela va fonctionner, et Eupen était un contre-exemple de ce qu’il faut faire", énonce-t-il, sans appel.

Les travaux à Eupen devraient débuter début 2019 et durer maximum deux ans.

Olivier Thunus

Retrouvez l'article original sur RTBF