Parc Maximilien: pour Theo Francken la solution est de "fermer le parc et renvoyer les migrants chez eux"

Le secrétaire d'État à l'Asile et à la Migration, Theo Francken, n'a jamais hésité à exprimer son mécontentement quant aux chiffres de demandes d'asile qui augmentent ou quant à la crise migratoire dans son ensemble.

Le secrétaire d'État à l'Asile et à la Migration, Theo Francken, n'a jamais hésité à exprimer son mécontentement quant aux chiffres de demandes d'asile qui augmentent ou quant à la crise migratoire dans son ensemble. Pour lui, il existe une solution toute simple à la situation problématique du parc Maximilien : fermer les portes et renvoyer tous les réfugiés chez eux.

Ils sont encore des dizaines à attendre dans le parc Maximilien que des citoyens viennent leur ouvrir les portes de leur domicile pour qu'ils bénéficient d'un endroit où dormir. Qu'il vente ou qu'il neige, les réfugiés des différents pays patientent depuis plusieurs mois avec l'espoir de voir leur situation s'améliorer, souvent en vain. Le tout, au cœur de la capitale belge et avec le soutien non négligeable de la Plateforme d'hébergement citoyenne menée par Mehdi Kassou. 

Philippe Close "dorlote les ONG et les illégaux"

Pour le secrétaire d'État, ces personnes ne peuvent pas prétendre à l'asile et doivent donc être arrêtées et renvoyées chez elles. Ainsi, il a déclaré dans l'émission télévisée néerlandophone "Terzake" qu'il ne pouvait pas offrir à ces personnes "le lit, le bain ou le pain car la loi de 2007 sur l'accueil ne me le permet pas". Et d'ajouter : "Il n’y a qu’une seule solution : nous les enfermerons et les renverrons dans leur pays d’origine, aussi difficile soit-il". 

Aussi, Theo Francken n'a pas hésité à tacler le bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close (PS) et a critiqué sa manière de gérer les services de police locale. Pour lui, la police est compétente mais pas le travail du gouvernement local. "Ils dorlotent les ONG et les illégaux dans le seul but d'attaquer la N-VA, de montrer que la N-VA ne s'en sort pas, que Francken, que Jambon ne s'en sortent pas, que c'est de notre faute", a-t-il affirmé. Contacté par nos soins, le bourgmestre de Bruxelles n'a pas souhaité réagir.

Des migrants économiques, pas des réfugiés

Enfin, le problème viendrait également des ONG qui viennent quotidiennement en aide aux réfugiés du parc. "Les ONG ont construit un véritable réseau, vous obtenez de la nourriture gratuite, de la soupe gratuite, de l'aide médicale gratuite et vous pouvez être pris en charge pour trouver une place pour dormir."

Pour lui, les personnes du parc seraient uniquement des "migrants purement économiques" et non pas des réfugiés. Après tous ces joyeux conseils, Theo Francken préconise finalement la méthode australienne en Méditerranée à savoir arrêter les migrants en mer et les renvoyer en Afrique. "Ça va venir, je suis déterminé", a-t-il conclu.

A.V.

Retrouvez l'article original sur RTBF