Gembloux 5030

"Orange the World" - Lutte contre les violences envers les femmes & les filles. A Gembloux aussi.

Du 25 novembre au 10 décembre, l'Hôtel de Ville arborera la bannière « Orange the World » des Soroptimistes . Rien de politique dans le choix de la couleur mais bien l’expression d’une campagne mondiale de sensibilisation contre les violences faites aux femmes et aux filles , lancée par le Secrétaire général des Nations-Unies, Antonio de Oliveira Guterres …

Parce que la violence faite aux femmes est...
1. Une violation des droits humains fondamentaux : excision, mariage forcé, coups et blessures constituent une atteinte à l’intégrité de la femme .
2. La conséquence de discriminations : inégalité dans la scolarisation , les salaires, les parcours professionnels, les conditions de vie …
3. La source de souffrances morales profondes : le dénigrement systématique et la dévalorisation de soi font autant de dégâts que les coups portés ! Avec en corollaire , toutes les formes de violences intrafamiliales qui entrainent aussi les enfants dans une spirale infernale et qui génèrent bien souvent la précarité socioéconomique et affective.

Si les femmes des pays à forte tradition patriarcale souffrent, notre société « civilisée » n’est pas épargnée.
L’existence de maisons d’accueil – comme celle des 3 Portes à Namur que soutient le club des 2 Sources - où les femmes violentées accompagnées ou non de leurs enfants peuvent se reconstruire en toute sécurité pour prendre un nouveau départ avec le soutien de psychologues, d’assistants sociaux, d’éducateurs formés aux spécificités de la problématique !


Inutile de rappeler l’urgence d’une loi contre les violences faites aux femmes car le confinement imposé par la crise sanitaire COVID-19 accentue les tensions entre partenaires quels que soient les milieux sociaux .

Durant cette campagne « Orange the World » , les 2 Sources tiennent à rappeler :
1. Le numéro d’urgence : 0800 30 030
2. Le site : www.ecouteviolencesconjugales.be
3. Le devoir de parole qui est un signe de respect de soi et de l’autre CAR RIEN NE JUSTIFIE LA VIOLENCE CONJUGALE .


 

Retrouvez l'article original sur Commune