"On a une fausse image des grandes entreprises qui paient des impôts"

L’Union wallonne des entreprises ne partage pas l’avis des 50 patrons flamands qui réclament une fiscalité plus juste dans une lettre qu’ils adressent au monde politique.

Le patron des patrons wallons, Olivier de Wasseige, estime qu’il ne faut pas se tromper de cible. "Si on regarde les 10 plus grandes entreprises belges cotées en Bourse, elles paient 24% d’impôt par an, ce qui représente plus de 10 milliards chaque année. Et elles contribuent au cercle vertueux de l’emploi".

" Optimiser n’est pas contourner la loi "

Il ne partage clairement pas l’idée de Karel Cardoen, l’ex-PDG de Cardoen, qui estime que l’optimisation fiscale est une mauvaise mentalité dont on doit se débarrasser.

Recourir à des cabinets d’avocats ou à de consultants pour payer moins d’impôts n’a rien de malsain pour Olivier de Wasseige. "Si dans votre déclaration vous avez l’occasion d’entrer plus de frais réels pour payer moins d’impôts, vous allez le faire aussi. On doit évidemment décourager toute tentative d’évasion fiscale mais payer moins d’impôts tant qu’il est juste, ce n’est pas une mauvaise mentalité ".

Le patron de l’UCM, Pierre-Frédéric Nyst est sur la même longueur d’onde. Ne plus tolérer l’optimisation fiscale est pour lui "audacieux" ! "Ça veut dire qu’ils acceptent de ne plus consulter leur comptable ! C’est étonnant". Il plaide plutôt pour des contrôles plus juste de la part de l’administration fiscale.

Des taxes plus vertes ? Vraiment ?

Olivier de Wasseige n’est pas contre l’idée de taxer davantage la consommation en CO2 mais cela doit se faire de manière coordonnée. "On peut taxer tout ce qu’on veut mais on doit rester compétitif par rapport aux pays voisins". Alors que les 50 patrons flamands envisagent de taxer les importations en fonction du taux de Co2 de chaque produit, il répond qu’il faut veiller à ce que les autres pays ne fassent pas pareil concernant nos produits si on ne veut pas être perdant.

Pour l’UCM, les taxations plus vertes comme la taxe sur les avions ne doit pas se faire au détriment des citoyens.

Il n’est pas inhabituel que des patrons tentent de peser sur les politiques avant et après les élections. La plupart des propositions émises par les patrons flamands ont déjà été proposées à part le volet taxation précisent d’ailleurs les patrons wallons. Mais à l’UWE, on fait remarquer que parmi les 50 signataires, il y a peu de représentants de grandes entreprises. "Ce sont plutôt des sociétés de services, des bureaux d’avocats ou d’architectes. Chacun peut donner son avis. Mais c’est l’avis de 50 personnes sur 200.000 entreprises flamandes ", conclut Olivier de Wasseige.

Danielle Welter

Retrouvez l'article original sur RTBF