Namur 5000

Namur : les piscines ouvriront le 6 juillet au grand public

Bonne nouvelle pour les nageurs : les trois piscines namuroises (Salzinnes, Jambes et Saint-Servais) vont bien rouvrir leurs portes.

La Ville de Namur s’est penchée sur le protocole fédéral et considère pouvoir remplir les conditions demandées. "Cependant, nous ne sommes pas en mesure d’ouvrir ces piscines en même temps, ni pour les mêmes publics", souligne le bourgmestre, Maxime Prévot. Comprenez : les particuliers, y compris les familles, vont devoir attendre encore quelques jours…

En effet, la piscine de Salzinnes, qui reprend le 1er juillet, sera exclusivement dédiée aux clubs sportifs. Et les deux autres établissements, réservés au tout public, n’ouvriront que le 6. Raison du décalage ? "L’INASEP n’était pas disponible plus tôt pour effectuer les analyses de qualité de l’eau à Jambes et Saint-Servais", explique le maïeur. Salzinnes n'aurait en outre pas une disposition permettant une ouverture dans les règles aux particuliers. 

Maximum 1h30

Bien entendu, ces réouvertures sont partout assorties de conditions assez strictes. Ainsi, pour le tout public, le temps de présence dans les bâtiments est limité à 1h30. On distinguera les nageurs et les familles. Les nageurs auront accès aux grands bassins, à 30 maximum par heure et par bassin. Les familles, c’est-à-dire des bulles de 5 personnes maximum, iront quant à elles dans les petits bassins, divisés en 4 zones. "L’ouverture court de 7h30 à 20h30, avec des plages horaires spécifiques. Il y aura une période de battement entre chaque plage afin d’assurer le nettoyage et la désinfection des lieux." Il faut également noter que le tarif est limité à 1€ par nageur, pour compenser le cadenassage de la plage horaire. Tant pour les clubs que pour les particuliers, une réservation préalable est obligatoire.

Reprise partielle des brocantes

La Ville a également annoncé une réouverture partielle des brocantes. A Jambes, les chineurs pourront ainsi aller faire des emplettes dès le 5 juillet. Seuls 50 exposants seront toutefois autorisés, et ils devront tous proposer du gel hydroalcoolique. En revanche, la petite brocante de la rue des Carmes reste suspendue. "Cela aurait représenté un coût d’organisation disproportionné par rapport au faible nombre d’exposants", se justifie Maxime Prévot. Pour les marchés hebdomadaires, la limitation à 50 exposants n’est par contre plus de mise.

 

loum

Retrouvez l'article original sur RTBF