Mouscron 7700

Mouscron : des témoignages choc pour réveiller les consciences sur les violences

Une nouvelle campagne de sensibilisation contre les violences débute ce mercredi, sur les réseaux sociaux.

Intitulée "T’as conscience", elle met en scène des personnalités mouscronnoises, qui lisent des témoignages de victimes. Des récits difficiles à entendre, mais bien réels.

"On me poussait dans les escaliers, on me frappait, on me disait que je ressemblais à une poubelle, on me disait d’aller me pendre…" Un récit parmi d’autres. Tiré du vécu d’une personne de la région de Mouscron.

"Ce n’est pas de la fiction. Ce sont des témoignages de victimes d’ici. Tout près de chez nous", insiste Cindy Renski, responsable de l’association "De Maux à Mots". Avec cette campagne, l’asbl espère provoquer une prise de conscience collective. Secouer l’opinion publique, avec des propos, des chiffres qui interpellent.

Il y a 25 ans que je lui survis. Je reste le petit garçon abusé sous la menace d’un revolver. 53% des cas de viols sont classés sans suite

"Faire lire ces témoignages par des personnalités c’est obtenir un bon relais, notamment via les réseaux sociaux", poursuit Cindy. On espère sensibiliser un maximum. Dire aux gens 'faites attention autour de vous, il y a des choses dramatiques'. On pense que c’est un coin de porte, une chute dans les escaliers, mais… C’est peut-être un coup. Poser la question ne coûte rien".

Ça criait beaucoup chez les voisins, comme un déménagement pendant la nuit. Aujourd’hui, c’est calme. Ma voisine est morte

En sollicitant des personnalités, qu’elles soient coiffeuse, femme politique, barman, restaurateur, avocate, fleuriste… l’asbl voulait aussi préserver les victimes. "Cela reste difficile de témoigner à visage découvert. Cela peut être angoissant, traumatisant. On ne voulait pas infliger aux victimes de s’exposer, risquer parfois le jugement, la critique. La famille de ces hommes, de ces femmes, n’est pas toujours au courant…"

L’asbl "De Maux à Mots" est basée à Mouscron. Sa mission est de venir en aide aux victimes de violences sexuelles, sans prescription dans le temps. Depuis peu, l’association a également ouvert ses services aux victimes de violences conjugales et intrafamiliales. Plus d’infos ici http://demauxamots.be/

Charlotte Legrand

Retrouvez l'article original sur RTBF