Estaimpuis 7730

"Monsieur Tulipes", l'homme aux 25 000 bulbes dans son jardin

Dans son jardin d'Evregnies sur la commune d'Estaimpuis, on comprend mieux pourquoi André De Merlier est surnommé Monsieur Tulipes. L'homme y a planté 25 000 bulbes de ces fleurs typiquement printanières. Une véritable passion qui remonte à bien...

Dans son jardin d'Evregnies sur la commune d'Estaimpuis, on comprend mieux pourquoi André De Merlier est surnommé Monsieur Tulipes. L'homme y a planté 25 000 bulbes de ces fleurs typiquement printanières. Une véritable passion qui remonte à bien longtemps.

"C'est une passion depuis ma plus tendre enfance", nous confie-t-il, "On avait des petits jardins le long de la haie chez mes parents et chacun faisait son petit parterre. Il y avait déjà des tulipes à l'époque, mais pas des centaines et des milliers comme ici".

 

Un travail de longue haleine

Tout commence en 1950. À l'époque, André De Merlier ne plante qu'une petite centaine de bulbes dans son jardin. Puis avec les années, ses fabuleux parterres prennent sans cesse de l'ampleur.

"Il faut les défaire chaque année", prévient le jardinier amateur, "À chaque fleur, il y a un ou deux bulbes qui vient. Il faut les séparer puis les replanter avant la Noël, au plus tard en novembre".

Le rigolet, outil miracle

À 88 ans, ce retraité entretient encore son jardin tout seul, sans pesticides, porté par son attachement à la terre. "C'est le plaisir de les voir fleurir, et l'amour du jardinage", explique-t-il.

Il faut dire qu'André De Merlier a aussi une petite astuce. Il a inventé un outil spécial pour travailler ses plates-bandes : le rigolet. Un instrument constitué de deux lames en triangle, pour tracer les rigoles, et d'un petit râteau sur le dessus pour répartir la terre.

Jardin secret

Au milieu de ses tulipes, l'octogénaire ne peut s'empêcher de nous faire découvrir toutes ses merveilles : tulipe lambada ou soleil levant, autant de variétés qui font sa fierté. Mais l'homme reste modeste : "C'est une fierté oui, mais disons que c'est une fierté que je n'arbore pas. Je tiens ça pour moi, c'est mon jardin secret", avoue-t-il dans un sourire.

 

Un jardin secret initié il y a près de 70 ans et qu'André De Merlier continue de faire grandir.

Sarah Heinderyckx

Retrouvez l'article original sur RTBF