Mons 7000

Mons: l'hypnose pour les patientes atteintes de cancer du sein

Dans le cadre de la campagne "Octobre Rose", le CHU Ambroise Paré propose une série d'activités et d'ateliers aux patientes en traitement pour un cancer du sein. L'occasion de découvrir par exemple l'hypnose. Une technique développée récemment par un...

Dans le cadre de la campagne "Octobre Rose", le CHU Ambroise Paré propose une série d'activités et d'ateliers aux patientes en traitement pour un cancer du sein. L'occasion de découvrir par exemple l'hypnose. Une technique développée récemment par un anesthésiste du CHU, le Dr Emmanuel Mariaule. Il a suivi une formation au CHU de Liège auprès de la Professeure Marie-Elizabeth Faymonville, référence belge en matière d'hypnose.

Le médecin anime plusieurs ateliers pour la douleur chronique, pour les patients cancéreux, pour les effets secondaires de la chimiothérapie. "Les patients atteints de maladie chronique ont besoin d'aide pour avoir plus de confiance en eux, plus d'estime d'eux-mêmes et l'hypnose est un excellent outil pour y parvenir" explique le Dr Mariaule".

Le corps est un allié

En début de séance, le médecin donne quelques précisions aux participantes installées en cercle, assises sur des chaises. Il décrit l'état de conscience modifiée vers lequel il va les guider: "les gens sont conscients du monde extérieur durant les séances, je les accompagne mais une fois en état d'hypnose, il font ce qu'ils veulent, c'est leur expérience, c'est leur imaginaire". Pour accompagner les patientes, il n'y a que la voix du médecin. Il parle bas, détache les mots, des paroles apaisantes, rassurantes qui créent un environnement de confort. La séance va durer quasi une heure. Le médecin s'adresse à ces femmes qui viennent d'être opérées, qui ont subi des chimiothérapies, des radiothérapies... Leur corps est décrit comme un allié de la guérison. Car c'est bien le but de l'hypnose, faire comprendre au patient qu'il a un rôle à jouer dans la prise en charge de sa maladie:"depuis les antibiotiques, on prend un médicament et on est guéri, on a beaucoup déresponsabilisé le patient avec la médecine moderne, l'hypnose permet de lui rappeler qu'il a ses propres ressources. Le corps guérit, quand vous vous cassez un bras, vous guérissez, heureusement d'ailleurs".

L'hypnose pour vaincre la douleur

Après une heure de séance, les participantes ouvrent les yeux, elles semblent revenir d'un long voyage. Seule l'une d'elle n'a pas plongé dans l'hypnose. C'est normal, rassure le médecin, les conditions n'étaient pas idéales et selon les études, une personne sur quatre ne parvient pas à l'état d'hypnose. Les autres décrivent un état de bien-être: "c'était étrange, dit une jeune dame, j'avais les jambes très lourdes, je ne sentais pas le sol et cela m'a semblé court". Une autre patiente partage cette impression agréable mais ne comprend pas encore en quoi l'hypnose peut diminuer ses douleurs.

"On utilise la capacité de chaque individu à modifier sa perception d'elle-même, donc on peut diminuer la sensibilité de certaines zones par des exercices, généralement en apprenant l'auto-hypnose, afin de pouvoir le faire chez soi ou pendant la chimiothérapie" répond le Dr Mariaule.

Des techniques qui permettent de réduire la prise de médicaments et leurs effets secondaires.

Isabelle Palmitessa

Retrouvez l'article original sur RTBF