Mons 7000

Mons: Doudou 2017, que la fête commence!

Début des festivités ce jeudi pour les montois, des prémices qui se tiendront essentiellement sur la Grand-Place avec des animations et les premières libations. Le premier temps fort de la "Ducasse rituelle" ce sera samedi avec la descente de la Châsse...

Début des festivités ce jeudi pour les montois, des prémices qui se tiendront essentiellement sur la Grand-Place avec des animations et les premières libations.

Le premier temps fort de la "Ducasse rituelle" ce sera samedi avec la descente de la Châsse de Sainte-Waudru à la Collégiale suivi dimanche matin par la Procession qui s’achève par la montée du Car d’Or. Place ensuite à la partie profane avec le combat dit Lumeçon précédé par la descente de ses acteurs par la rue des Clercs.

L’invité sera Blanc

On ne sait pas qui l’a trouvé très beau mais c’est l’acteur français Michel Blanc qui sera cette année l’invité d’honneur de la Ducasse. L’inénarrable Jean-Claude Dusse des Bronzés ne marche pas qu’à l’ombre et ne semble pas souffrir de grosse fatigue. Il n’adoptera peut-être pas la tenue de soirée mais fera sans doute les grands ducs.

Nouvelle monture

Ce dimanche sera une première pour Condé, la nouvelle monture de Saint-Georges, un frison à la robe noire qui a la lourde tâche de succéder à Rio décédé inopinément en juin dernier. Son cavalier, Olivier Tournay alias Saint-Georges, l’entraîne depuis l’automne. Il l’a débourré puis progressivement confronté à la circulation, aux bruits ambiants et aux mouvements des différents acteurs du combat. Ce dimanche, Condé vivra son premier combat, son cavalier devra donc rapidement jauger sa capacité à se fondre dans les bruits de la foule.

1 500  policiers

Pour répondre aux menaces qui pèsent sur tous les rassemblements de foule, en garant de la sécurité, le bourgmestre de Mons a fait de celle-ci une priorité durant les festivités.

L’accès au centre-ville sera ainsi interdit aux porteurs de sacs à dos et autres sacs à main. "Toute personne porteuse d’un de ces types de sacs interceptée dans l’hyper-centre lors d’un contrôle aléatoire sera invitée à quitter la zone" a ainsi prévenu Marc Garin, chef de la zone de Police Mons-Quévy.

Dans le même ordre d’idée, afin de prévenir toute incursion de véhicules dans la foule, des blocs de béton bloqueront le passage. De même, un système israélien, baptisé "Pitagone" sera testé pour la première fois chez nous "ce dispositif mobile bascule dès qu’il entre en contact avec la voiture ou le camion qui tente de le franchir" explique Marc Garin. Ce faisant, ce "Pitagone" s’ancre dans le sol et perce le bas de caisse du véhicule intrus et l’immobilise.

L'aide médicale urgente

Une fête de l'importance de la Ducasse de Mons nécessite in situ la présence d'un staff d'urgence important.  Cette année la ville a dû relancer un marché public pour la désignation d'un nouveau prestataire.  Désigné, celui-ci assurera l'encadrement des grands événements durant toute l'année.

L'équipe, de 98 intervenants au total, est composée de dix médecins, 19 infirmières, 32 ambulanciers et cinquante secouristes.  Cette équipe est placée sous la direction du Dir Med, directeur médical, responsable de l'aide médicale urgente, il s'agit de Franck Van Trimpont, chef du service des urgences du Centre Hospitalier de Hornu et de BFast. 

Fini les musiques militaires, place aux fanfares

Autre nouveauté de cette édition 2017, "Mons en fanfare". La disparition du Festival de Musiques militaires a laissé place à un festival de fanfares de rue. Celles-ci animeront les villages et les quartiers du Grand-Mons pour terminer par un concert le mardi soir, jour du traditionnel feu d’artifice sur la Grand-Place de Mons.

L'environnement

Sept boîtes géantes et colorées, installées dans le centre-ville, sont destinées à avaler les milliers de gobelets en plastique jetés durant la fête.  Les gobelets récupérés seront recyclés.   Ne vous étonnez pas, les orifices de ces réceptacles sont placés en hauteur, histoire qu'ils ne se transforment pas en urinoirs. 

 

 

Vincent Clérin, Isabelle Palmitessa

Retrouvez l'article original sur RTBF