Liege 4000

Mobilité : Ecolo Liège a rappelé à la population l'existence du railpass gratuit

C’est la semaine de la mobilité et cette mobilité passe notamment par les transports en commun.

Pourquoi pas avec le Hello Belgium railpass offert par la SNCB à tous les citoyens qui le demande d’ici le 30 septembre ? C’est pour informer la population de l’existence de ce railpass qu’Ecolo Liège a mené une action samedi au centre de Liège. Le public pouvait y commander directement son railpass.

Parmi le public, il y a ceux qui n’écoutent pas la proposition, il y a ceux qui s’arrêtent au mot "gratuit", il y a ceux qui connaissent déjà et ceux qui n’en avaient jamais entendu parler : "J’en ai entendu parler via les infos. Ça m’intéresse mais le problème c’est qu’on a difficile d’avoir accès à Internet. Je vais en profiter pour visiter la Belgique. Il y a sûrement des coins que je ne connais pas très bien", explique une des personnes abordées. "Je viens de le commander. C’est pour aller me promener, comme je suis pensionné… J’utilise déjà de temps en temps le train", précise une autre. "Je ne connaissais pas ce pass et je ne prends pas le train régulièrement. Ça pourrait m’intéresser si j’en avais besoin mais là ce n’est pas le cas", tempère un troisième.

L’intérêt de ce railpass, pour les écolos liégeois, c’est aussi de permettre de tester un autre moyen de transport, et peut-être de l’adopter : "L’idée de ce railpass, c’est d’inciter les gens qui ne prenaient pas le train à se dire que leur trajet domicile travail qu’ils font habituellement en voiture, avec ce pass pourquoi ne pas le tester en train et peut-être en faire une bonne habitude. C’est aussi l’occasion de se faire un citytrip en Belgique et de découvrir des coins de notre région qu’on n’a pas toujours l’occasion de découvrir, alors qu’il y a des endroits magnifiques", précise Sarah Schlitz, députée fédérale, membre de la commission mobilité.

Ce railpass permet d’effectuer 12 trajets gratuitement d’ici le mois de mars. Il ne reste plus que quelques jours pour le commander.

Olivier Thunus

Retrouvez l'article original sur RTBF