Liege 4000

Mais qui est Sarah Schlitz, la nouvelle secrétaire d'Etat à l'Egalité de genre ?

C’est par hasard qu’elle est devenue députée fédérale.

Par hasard, ou plutôt, à la suite d’une erreur. Voici deux ans, Muriel Gerkens, cheffe de file des écologistes à la chambre des représentants a cru pouvoir se présenter à une élection provinciale. Mais selon la loi, il y a incompatibilité : elle a dû démissionner, et laisser siéger sa suppléante, une jeune trentenaire très engagée dans les combats féministes, qui, après quelques mois, au scrutin de l’année dernière, a très facilement renouvelé son mandat.

Ce n’est en effet pas par hasard que Sarah Schlitz est arrivée en politique. Elle a ça dans le sang. Elle est la petite-fille d’un ancien sénateur et ex-bourgmestre socialiste liégeois du début des années nonante. Elle assume cet héritage, elle a le verbe haut et fort des tribuns, même s’il n’est plus teinté de rouge vif. C’est une femme de passion, c’est une femme de conviction. C’est également une femme d’appareil.

Au sein du mouvement des verts, elle sait se montrer habile, elle sait se rendre visible. Adepte des masses critiques de cyclistes pour imposer la mobilité douce, la voici dans un gouvernement, pour la première fois de sa brève mais rapide carrière, nommée dans une fonction exécutive, et confrontée à la réalité du pouvoir, à l’exercice de l’Etat.

Michel Gretry

Retrouvez l'article original sur RTBF