Liege 4000

Lydia Klinkenberg succède à Harald Mollers à l'enseignement en communauté germanophone

Lydia Klinkenberg intégrera le gouvernement germanophone le 12 octobre prochain.

Suite à la démission d’Harald Mollers, en charge de l’Enseignement, de la Formation et de la Recherche scientifique, elle a été désignée par le parti ProDG pour lui succéder.


►►► À lire aussi : OPINION : Le dégoûté et les dégoûtants


Né en 1981, l’Eupenoise est membre du Parlement germanophone depuis 2009 et occupe depuis 2014, la seconde vice-présidence de l’hémicycle. A 39 ans, la future ministre est active depuis 5 ans dans le secteur de l’éducation. Elle a notamment travaillé pour l’agence nationale qui gère le programme Erasmus +. Elle a aussi été chargée de cours durant 3 ans à la faculté des sciences politiques de l’université de Liège et a œuvré au développement du management de qualité d’une école secondaire.

Maman de deux enfants

Si elle affirme que devenir ministre de l’Éducation ne faisait pas partie de ses projets, la trentenaire assure se sentir prête à relever ce défi. Dans ces nouvelles fonctions, Lydia Klinkenberg pourra compter sur le soutien du ministre démissionnaire mais aussi sur celui de toute l’équipe du parti ProDG, qui l’a désignée, à l’unanimité, pour occuper ce poste. Maman de deux enfants en bas âge, elle se sent particulièrement concernée par les compétences qui lui sont attribuées et qui concernent l’ensemble de la population.

Belga

Retrouvez l'article original sur RTBF