Louer son jardin : un concept qui séduit les Belges

Louer votre jardin, ou camper dans le jardin des autres, c’est possible ! Avec le confinement, les Belges s’intéressent davantage à ce camping insolite chez l’habitant.

C’est la société Home Camper (anciennement Gamping) qui a développé le concept d’abord en France en 2013, puis en Belgique. Elle propose aujourd’hui 30 000 emplacements privés dans 42 pays.

Pour une dizaine d’euros en moyenne, vous pouvez planter votre tente ou garer votre camping-car sur un terrain privé : une cour, un jardin, un emplacement de parking, voir un parc.

L’idée séduit de plus en plus de Belges selon Etienne de Galbert, fondateur de Home Camper : " Je pense que l’accueil fait partie de vos valeurs. Nous avons bien développé le marché belge pour l’instant nous avons plus de 500 emplacements un peu partout dans le pays. Le nombre d’hôte est par ailleurs en très forte progression ces dernier temps en Belgique ".

Le confinement: une aubaine 

Le tourisme local connaît un essor sans précédent ! Manuel Amant à Saint-Aubin, dans la province de Namur, propose un terrain de 2,2 hectares : " un lieu magique en retrait de toute activité humaine, un bel endroit sauvage en pleine nature " d’après les nombreux commentaires de campeurs satisfaits en dessous de l’annonce. " Nous avions annulé toutes les réservations pendant le confinement, mais depuis que ça s’est assoupli, les demandes ont doublées, le mois de juin est déjà complet c’est du jamais vu. Ce sont des gens de la ville qui cherchent à s’évader après avoir été cloîtrés chez eux. Cette nuit encore j’avais des bruxellois. J’ai l’impression que les Belges auront tendance à rester en Belgique pour les vacances ".

Depuis 3 semaines, les demandes de réservation ont littéralement explosé : + 250% en mai par rapport à l’an dernier, sans avoir pu compter sur les jours fériés et en ayant perdu 70% de la clientèle internationale !

La simplicité avant tout

Une nuit sur le terrain de Manuel coûte 6 euros dont 2 euros reviennent à Home Camper qui s’occupe des réservations et de l’assurance en cas de problème lors du séjour, un avantage selon l’hôte : " quand vous êtes en camping car, vous devez stationner sur des aires de repos qui vous coûtent 40 euros, qui sont mal placées et pas vraiment sécurisées ". 

Les gens sont à la recherche de ça, de cette simplicité. Ils demandent à avoir le calme, ils restent en famille.

En revanche, chez Manuel vous avez le strict minium : " on propose une toilette sèche et un sac de douche solaire. Donc aujourd’hui, il fait 13 degrés, vous prendrez une douche à 13 degrés. Les gens demandent à avoir le calme et à rester en famille. Nous en tant qu’hôtes, ça nous arrange puisqu’on ne veut pas avoir trop à faire non plus en terme d’organisation, ce qu’on recherche c’est surtout l’échange, les rencontres ".

Curieusement, le terrain de Manuel est demandé toute l’année, malgré le froid et la pluie: " on a des gens qui viennent même en hiver, en février par exemple nous avons eu des campeurs sous tente. "

Distanciations et règles d’hygiène 

En ce qui concerne le respect des mesures barrières, le concept de Home Camper n’a pas eu de difficulté d’adaptation : " les campeurs payent via le site donc sur place, on ne s’échange pas de billet, et puis il n’y a rien à désinfecter puisqu’ils n’utilisent qu’une petite parcelle de gazon sur un grand terrain, en matière de distanciation on ne peut mieux faire, ce n’est pas un camping classique où 600 personnes se côtoient en chantant darlidadada ".

Les échanges sont limités au minimum, pas de service petit déjeuner ou formule repas. Selon Etienne de Galbert, c’est aussi l’une des raison du succès de Home Camper : " Les gens se posent des questions sur leur vacances, ils cherchent des solutions près de chez eux comme celle-ci.

On peut trouver des destinations à la fois proches et dépaysantes près de chez soi. L’intérêt, c’est surtout une envie de découverte, de nature, tout en évitant des endroits trop fréquentés.

En moyenne, un emplacement pendant un week-end pour un couple coûte 60 euros. Actuellement, 300 000 personnes fréquentent Home Camper à travers le monde.  

Quentin Ceuppens

Retrouvez l'article original sur RTBF