Les secrets de la pâte à tartiner de Pierre Marcolini : réalisez-la et fondez de plaisir !

Rien de tel qu'une pâte à tartiner maison, encore faut-il avoir les secrets de nos chocolatiers belges. Ça tombe bien, nous avons justement la recette de l'un des plus grands d'entre eux : Pierre Marcolini en personne !

Rien qu'en voyant sa texture, on fond déjà... Elle glisse délicatement sur votre pain. L'odeur du chocolat et de la noisette grillée nous font fondre de plaisir. Une fois en bouche, on retrouve un léger goût de caramel doux et des petites notes de fleur de sel. C'est l'extase absolue ! Mais qui peut donc résister à cette pâte à tartiner !? Laissez les pots industriels de côté et lancez-vous dans la préparation de l'authentique pâte à tartiner.

  • 100 g de noisettes
  • 150 g de sucre
  • 40 g de beurre
  • 10 g de cacao en poudre
  • 1 oeuf
  • 3 cl d’eau chaude
  • 3 gr de fleur de sel (Marcolini utilise le Sel de Maldon)

Faire rôtir les noisettes sur une plaque de cuisson avec du papier sulfurisé durant 14 à 16 minutes dans un four à 160 degrés. Laisser refroidir puis les éplucher en les frottant les unes contre les autres dans un essuie de cuisine.

Verser les 150g de sucre dans une casserole sur un feu moyen, le laisser fondre et se transformer en un caramel de couleur claire. Ajouter les noisettes et remuer pendant quelques secondes.

Étaler la préparation sur une feuille de papier cuisson, aplatir le tout en disposant au-dessus une deuxième feuille de papier cuisson et laisser refroidir.

Casser les noisettes et le caramel et mixer le tout jusqu’à obtenir un praliné. Ajouter le beurre fondu et mixer à nouveau.

Ajouter ensuite l’oeuf suivi du cacao et mixer.

Une fois le tout mélangé, ajouter l’eau chaude et mixer à nouveau jusqu’à l’obtention de la pâte à noisettes.

Verser le tout dans un pot et savourer !

La pâte à tartiner à la noisette se conserve au réfrigérateur durant environ 2 à 4 semaines.

Dans cette recette, la seule difficulté se situe au niveau du caramel. Il faut réussir à avoir un caramel ni trop clair, ni trop foncé. En fonction de sa couleur, son goût va en effet changer.

Au plus la couleur du caramel sera foncé, au plus il sera amère.

Pour réussir à avoir le caramel qu'il faut, Pierre Marcolini nous a laissé un message avec ses conseils : " Il faut tout d'abord bien étaler la surface de sucre sur la poêle et ne pas le chauffer trop fort. Le sucre va commencer à fondre et devenir un peu liquide. En chauffant doucement, vous allez pouvoir contrôler la couleur du caramel. Au plus il sera foncé, au plus il sera amère. On veut plutôt des notes caramélisées, il faut donc que le caramel soit d'une couleur blonde. "

Retrouvez "On n'est pas des pigeons" du lundi au vendredi à 18h30, en direct sur la Une, et en replay sur Auvio. Pour plus de contenus exclusifs, rendez-vous sur notre page Facebook.

On n'est pas des pigeons

Retrouvez l'article original sur RTBF