Les Régions bruxelloise et Île-de-France approfondissent leur coopération

Les Régions bruxelloise et Île-de-France ont renouvelé et approfondi, jeudi matin, en région parisienne, un accord de coopération vieux de près de vingt années, visant à renforcer la collaboration entre elles, mais aussi avec d'autres acteurs européens. Une série de domaines tels que l'économie productive et manufacturière, l'économie circulaire, l'environnement, l'espace public et l'aménagement urbain, le logement, les smart cities ou encore l'égalité des chances sont visés.

L'accord a été signé par l'actuelle présidente de la Région Île-de-France Valérie Pécresse (Les Républicains - Soyons Libres), et le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort. L'événement a eu lieu au siège du Conseil, à Saint-Ouen (commune du nord de Paris), alors qu'une délégation bruxelloise participe pour deux jours à Paris à la quinzième édition des Brussels Days. 

La cérémonie a eu lieu lors de la séance plénière du Conseil d'Ile-de-France, en présence de ses membres qui ont interrompu leurs travaux pour y assister. 

Dans le domaine économique, il est question de valoriser l'attractivité des deux territoires, de développer des projets communs et des possibilités de coopération ainsi que d'approfondir l'offre de services pour les entreprises franciliennes implantées à Bruxelles et les entreprises bruxelloises implantées en Île-de-France avec une attention particulière pour les start-ups innovantes.

L'enjeu de cette coopération n'est pas mince lorsque l'on sait que Paris, capitale politique et économique de la France affiche un PIB de 649 milliards d'euros, ce qui représente 30% de la richesse produite en France en 2014, un poids dans l'économie française qui a tendu à se renforcer au cours des dernières années. 

L'Île-de-France qui compte à elle seule davantage d'habitants que la Belgique entière est également la première région économique de l'Union européenne avec environ 5% de son PIB.

Plaque tournante des échanges internationaux de la France, et notamment porte d'entrée principale des importations en France, la région Île-de-France représente à elle seule le quart des importations et environ 20% des exportations du pays.

Selon Valérie Pécresse, plus de 45% des entreprises française installées en Belgique proviennent d'Île-de-France. 

L'économie francilienne est très tertiaire, mais elle compte aussi de nombreuses grandes entreprises leaders de leur secteur dans l'aéronautique/aérospatiale, les TIC, les bio-technologies et sciences, ou encore l'environnement.

En tant que Région-capitale voisine, l'Île-de-France est confrontée à une série d'enjeux et de défis, notamment liés à la concentration de population et d'activités, similaires à ceux de la Région de Bruxelles-Capitale. 

Ces motivations ont amené à la conclusion d'un accord bilatéral entre les deux Régions en 2002, signé côté bruxellois par le ministre-président de l'époque, François-Xavier de Donnéa, et le ministre régional en charge des Relations extérieures Guy Vanhengel (Open Vld). 

L'Île-de-France et la Région bruxelloise prennent part à des actions de lobbying et projets communs dans le cadre des programmes, plateformes et réseaux dont elles sont toutes deux membres , notamment INTERREG, Urban Agenda et le Réseau des régions et villes capitales.

Belga

Retrouvez l'article original sur RTBF