Yvoir 5530

Les locations touristiques sont en hausse, mais pas toujours les taxes de séjour

Les réservations de logements touristiques sont en hausse. Cette hausse ne signifie pas plus d’argent pour les communes grâce à la taxe de séjour, puisque tous les loueurs ne sont pas déclarés. Exemple à Yvoir.

Selon les calculs effectués par la plateforme Airbnb, Yvoir ou encore Somme-Leuze sont deux communes de notre région qui ont connu une forte hausse des réservations touristiques cet été. Cette hausse ne s'accompagne toutefois pas nécessairement d'une augmentation des recettes pour les communes concernées parce que, pour travailler avec Airbnb, comme avec d'autres sites, les hébergeurs n'ont pas l'obligation de déclarer leur activité.

Pourtant, cette déclaration est une obligation légale: l'hébergeur qui débute est tenu de faire une déclaration d'exploitation auprès du Commissariat général au tourisme. Grâce à cette déclaration, la Commune peut collecter la taxe de séjour. Pierre de Troostembergh, qui exploite des gîtes de grande capacité à Yvoir, a dû déclarer son activité:

Avec des gîtes de grande capacité comme les nôtres, il était de toute façon impensable de ne pas se déclarer. Nous avons dû prouver que notre installation électrique était conforme, installer des extincteurs et encore des boutons pour stopper en une seconde la chaudière en cas de problème.

Il y a aussi des personnes qui ne se déclarent pas par manque de connaissance de la procédure. Vincent Dandoit, à Évrehailles, vient de commencer à louer une roulotte dans son jardin. Son activité est déclarée mais c'est auprès d'un autre loueur qu'il a trouvé les informations:

C'est une dame qui fait aussi de l'hébergement dans une roulotte qui nous a tout expliqué avant que la roulotte soit construite. Elle nous a donné de précieux conseils sur la marche à suivre.

Quelles recettes à Yvoir? 

Les touristes ont donc beaucoup dormi à Yvoir cet été, mais combien ont payé la taxe de séjour? À Yvoir, elle s'élève à 80€ par lit, par an. Souvent, ce coût s'ajoute au prix de la nuit. L'esprit du code wallon du tourisme est le suivant: les personnes de passage utilisent les infrastructures de la ville visitée et doivent donc contribuer à leur entretien. C'est en partie pour cette raison qu'à Yvoir, on fait la chasse aux fraudeurs. Depuis 2019, le service taxe de la ville à une nouvelle mission, comme l'explique le bourgmestre, Patrick Évrard:

Nous regardons les sites de location en ligne pour voir s'il y a de nouveaux hébergeurs à Yvoir dont nous n'avons pas connaissance. Nous comptons une dizaine d'hébergements non déclarés sur la commune et nous leur avons fait part de leur obligation de payer cette taxe. Ce n'est pas juste pour ceux qui respectent la loi.

Le problème est que la loi n'est pas très claire. Il faut se déclarer, mais si on ne le fait pas, et que la commune n'est pas proactive, il ne se passe rien. Le code wallon du tourisme actuel date de 20 ans, il est dépassé par la multiplication des offres en ligne. Un projet de réforme est actuellement à l'étude.

Retrouvez l'article original sur MAtélé