Ciney 5590

Consommer local, une tendance accentuée par le confinement ?

Le confinement favorise-t-il le circuit court ? Active dans la région condrusienne, la coopérative « Cocoricoop » a vu son nombre de commandes exploser sur son magasin en ligne.

Les producteurs arrivent au compte goutte sur le pas de la porte de la coopérative Cocoricoop, basée à Ciney. Mesures de précaution obligent, la réception des produits se fait à l'extérieur, devant le batiment. Depuis le début du confinement, le nombre de commandes a explosé. Le magasin en ligne est littéralement pris d'assaut par les clients, au point d'avoir été fermé plus tôt que prévu à deux reprises. Robin Guns, le responsable commercial de la coopérative, n'en revient pas:

La semaine dernière, on a fermé le mardi soir au lieu du mercredi après-midi. On avait environ 280 commandes. Ce dimanche, on est presque arrivés à ces chiffres-là en à peine cinq heures de temps. La quantité de produits achetés était vraiment très importante. Dans un souci de qualité des services, des produits et pour préserver la santé des bénévoles, on a préféré limiter les commandes. 

Les producteurs aussi ont vu la différence. Guillaume Fastré, éleveur de poulets fermiers dans la région d'Assesse, n'avait jamais connu une telle demande.

Les consommateurs se sont redirigés vers les fermes pour s'approvisionner grâce à la vente directe. Malheureusement, on n'a pas pu répondre à toutes les demandes.

Pas qu'un feu de paille 

Ce succès des coopératives locales résulte d'un condensé de différents facteurs. La vente en ligne fonctionne très bien par les temps qui courent. Le côté pratique et la limitation des contacts semblent rassurer certains consommateurs qui redoutent dorénavant de faire les courses dans les supermarchés. Chez Cocoricoop, on note également une évolution des mentalités.

Il y a une volonté de retourner vers une certaine proximité et de retrouver une confiance envers les produits. Ce que l'on vit actuellement bouleverse nos systèmes et nos habitudes. Vu le contexte, on essaye aussi de retrouver des plaisirs simples et la nourriture en fait partie.

La coopérative condrusienne espère que tout cet emballement n'est pas qu'un feu de paille mais plutôt le début d'un vrai changement dans les habitudes alimentaires des consommateurs.

Retrouvez l'article original sur MAtélé