Coronavirus en Belgique : le point sur ce qui roule, ce qui vole, ce qui est permis ou non

Dernière mise à jour : vendredi 27 mars, 18H30.

L'article suivant détaille l'ensemble des mesures prises par le gouvernement et les différentes sociétés pour lutter contre la propagation du Coronavirus (Covid 19). Le confinement est prolongé jusqu'au 19 avril prochain. Rendez-vous sur les liens suivants si vous désirez un renseignement sur un domaine particulier :

Le point sur les transports en commun

Le point sur l'espace aérien

Le point sur les restrictions à nos frontières

Le point sur l'accès aux espaces verts

Le point sur l'aspect scolaire

Le point sur l'accès aux commerces

Que faire en cas de panne de voiture ?

Si vous vous posez encore d'autres questions, vous pouvez consulter le site Info-coronavirus

 

 

 

Les transports en commun

     TEC

La TEC passe en horaires de vacances jusqu'au 18 avril inclus. Cette mesure est désormais en application dans toutes les zones de Wallonie à l'exception du Brabant Wallon où les bus roulent normalement. Les lignes vers les hôpitaux sont renforcées afin de permettre au personnel soignant de rejoindre son lieu de travail, 

Le nombre de passagers à bord est désormais limité. Les voyageurs sont priés de conserver une distance minimale de 1,5 mètre entre les passagers et de n'occuper qu'une banquette sur deux.

Par conséquent, il est demandé aux voyageurs de ne plus monter à bord des véhicules si les limites suivantes sont atteintes :

  • 5 passagers maximum pour un bus standard ;
  • 12 passagers maximum pour un bus articulé ;
  • 15 passagers maximum pour un tram. 
  • Si tel est le cas, et dans la mesure du possible, les véhicules afficheront le message "Complet".

La validation n'est temporairement plus obligatoire et la montée à bord des véhicules TEC se fait uniquement par l'arrière. Cependant, le TEC rappelle à ses voyageurs qu'ils doivent posséder un titre de transport valable avant tout déplacement.  

     Du côté de la SNCB :

Concrètement, entre un à deux trains IC circule(nt) par heure, tandis que deux à trois trains L et S sont assurés durant les heures de pointe. Après 20h00, de nombreux trains sont supprimés, réduisant drastiquement l'offre ferroviaire. La SNCB et Infrabel assurent qu'il y aura assez de place à l'intérieur des trains pour maximiser la distance entre les voyageurs, le taux d'occupation actuel se situant à 5%. La SNCB rappelle qu'elle nettoie quotidiennement ses trains et ses gares, avec une attention particulière pour les surfaces avec lesquelles les voyageurs sont en contact telles que les tablettes, poignées, poubelles, automates de vente, rampes, etc.   

Un "service d'intérêt national" est assuré par la SNCB et Infrabel depuis le 23 mars. Il est demandé aux voyageurs de planifier leur voyage la veille et de n'utiliser ce service qu'en cas d'absolue nécessité. Il est à noter que les gares suivantes ne sont pas desservies : Buda, Callenelle, Maubray, Neufville, Ville-Pommeroeul, Harchies, Masnuy-Saint-Pierre.

     Sur le rail : 

  • La circulation des trains vers et depuis la Belgique est fortement perturbée, il n'y a plus de TGV entre Bruxelles et la France.
  • Le dernier train à grande vitesse est parti vendredi 20 mars dernier de Bruxelles-Midi en direction de Lyon, en France. La suspension de cette ligne est valable pour une durée indéterminée.  
  • Depuis ce samedi 21 mars, plus aucun train IC ne circule entre la Belgique et la région Hauts-de-France (Lille, Maubeuge ou Aulnoye) jusqu'à nouvel ordre.
  • Circulation des trains adaptée entre la Belgique et le Luxembourg. Veuillez consulter les horaires en temps réel via l'app SNCB ou le planificateur horaire SNCB.
  • Les trains de nuit de la compagnie autrichienne ÖBB continuent à rouler, mais uniquement la ligne Bruxelles-Vienne et non celle vers Innsbruck. 
  • Le train Benelux des chemins de fer néerlandais sont uniquement maintenus entre Anvers et Rotterdam, et ce une fois par heure.
  • Thalys adapte ses capacités de transport et réduit son offre de trains. Les liaisons vers l’Allemagne ainsi que les Thalys Neige ne seront pas assurées. À partir du samedi 21 mars, Thalys fera circuler 15% de ses trains, avec : 
    • 2 aller-retours par jour entre Bruxelles et Paris
    • 2 aller-retours par jour entre Bruxelles et Amsterdam 
  • Eurostar réduit aussi considérablement son offre. Pour l'instant, deux trains par jour font l'aller-retour entre Bruxelles et Londres, et trois entre Paris et Londres. 

L'espace aérien

 

  • Aéroport de Charleroi : l'aéroport de Charleroi a fermé ses portes. Plus aucun avion n'atterrit ou ne décolle. L'aéroport sera fermé jusqu'au 5 avril inclus au moins. Seuls les vols sanitaires, les vols d'État et ceux de maintenance transiteront encore par Charleroi durant cette période.
  • Aéroport de Zaventem : l'aéroport de Bruxelles Zaventem n'accueille plus que 5% des vols passagers prévus, tant à l'arrivée qu'au départ du terminal. 
  • Brussels Airlines suspend tous ses vols jusqu'au 19 avril.
  • Emirates, a annoncé la suspension de tous les vols commerciaux pour deux semaines à partir de ce mercredi 25 mars mais maintiendra des vols vers 13 destinations "après avoir reçu des demandes de gouvernement et clients pour aider au rapatriement de voyageurs". Ces destinations sont les suivantes :  la Grande-Bretagne, la Suisse, Hong Kong, la Thaïlande, la Malaisie, les Philippines, le Japon, Singapour, la Corée du Sud, l'Australie, l'Afrique du Sud, les Etats-Unis et le Canada
  • TUI annule tous les départs en avion jusqu'au 30 avril inclus. 
  • Ryanair a suspendu la quasi-totalité de ses vols depuis le 24 mars dernier. La compagnie ne maintient qu'un tout petit nombre de vols entre la Grande-Bretagne et l'Irlande.  Le groupe irlandais s'attend à ne pouvoir opérer de vols ni en avril ni en mai à cause de la pandémie actuelle de coronavirus, indique-t-il mardi dans une lettre ouverte adressée à ses clients

Si vous allez chercher un proche à l'aéroport, sachez que de nouvelles directives ont été prises et il est fortement recommandé aux personnes revenant de l'étranger ainsi qu'à ceux qui sont venus les chercher à leur retour au pays d’observer une quarantaine stricte de 2 semaines. Au vu de la fermeture du terminal de Charleroi et de l'importante diminution des vols entrants et sortants dans les autres aéroports du pays, le nombre de personnes touchées par ces mesures est limité. 

Les frontières

La police effectue des contrôles stricts au niveau de toutes ses frontières avec le Luxembourg, l'Allemagne et les Pays-Bas.

  • Des contrôles ont lieu à la frontière avec les Pays-bas et provoquent de légers retards. Mais si vous travaillez dans une profession cruciale (comme les soins de santé par exemple) vous pouvez franchir plus rapidement la frontière entre la Belgique et les Pays-Bas grâce à une vignette spéciale. Pour les autres travailleurs transfrontaliers, vous ne pourrez passer qu'en présentant une attestation de votre employeur.
  • Le cas particulier des communes de Quiévrain et d'Hensies: ces communes ont décidé de fermer les axes secondaires menant au territoire français. Parmi les postes frontières fermés, on retrouve le lieu-dit "le Beza" entre Petit Baisieux et Quiévrechain, le séminaire "Hensies" et le hameau de la Neuville "Hensies".
  • Le collège de la ville de Tournai a décidé jeudi 26 mars de fermer la frontière franco-belge à cinq endroits sur l'entité de Tournai. Quatre villages sont concernés par cette mesure visant à faciliter les contrôles. Des blocs de béton ont été placés à la frontière franco-belge dans les villages de Blandain (hameau de Tréquière), à Esplechin (rues Quatre-Chins et Maraîche), à Lamain (rue Jambe de Bois) ainsi qu'à Templeuve (rue Cazeau).

 

Les espaces verts

Ce qui est permis ou non :

Il est interdit de :

  • Se rassembler dans les parcs, bois, halages, autres lieux public,
  • Prendre son vélo ou sa voiture pour se déplacer loin de chez soi dans un parc, bois, forêt pour se balader ou faire du sport, 
  • Partir en randonnée sur de longues distances, pendant plusieurs heures, 
  • Pêcher au bord des lacs, des rivières et des étangs.

Si vous voulez prendre l'air, c'est possible mais dans un environnement proche pour une durée limitée.

L'aspect scolaire

Fin d’année scolaire avec ou sans examens ? La pression monte, d'autant qu'un Conseil National de Sécurité se tient ce vendredi 27 mars. Tant chez la ministre de l’Éducation, Caroline Désir que chez le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Pierre-Yves Jeholet, on refuse d’aller plus vite que la musique. Différents scénarios sont sur la table, mais on attend d’abord la confirmation d’un confinement prolongé par le Conseil national de sécurité… 

Les stages, activités de sport et de jeunesse interdits jusqu’au 19 avril. Cette décision est d’application pour Bruxelles et la Wallonie. Les compétitions de sport ou entraînements sont donc interdits jusqu’au 19 avril. La saison de football amateur est dors et déjà terminée de la D1 Amateur à la P4. Cette décision est appliquée tant au nord qu'au sud du territoire.

Il a été annoncé le 27 mars qu'un système de garderie serait maintenu y compris durant les vacances de Pâques pour le personnel de première ligne en ce compris le personne hospitalier mais aussi du domaine de l'alimentaire ou de la sécurité.

Les enfants à l'école cet été ?

L’idée d’envoyer les enfants a l’école pendant les grandes vacances a été lancée par l’économiste Geert Noels pour favoriser la relance économique. Et certains semblent déjà avoir considéré que cette décision était acquise. Mais entre une idée et la réalité, il y a un pas qui n’est pas du tout franchi.

Selon le cabinet de la ministre de l’éducation en Fédération Wallonie-Bruxelles, Caroline Désir, "cela n’est pas du tout à l’ordre du jour. On ne planche pas du tout sur cette idée et on n’y a même pas encore réfléchi. Cela est beaucoup trop prématuré. Le conseil national de sécurité (CNS) a décidé la suspension des cours jusqu’au 4 avril. On verra ce qui se passe d’ici Pâques et la prochaine étape sera de réfléchir aux mesures à prendre après les vacances de Pâques. On verra alors ce que préconise le CNS".

L'accès aux commerces

Dans la grande distribution, après Lidl, Aldi et Carrefour ont également décidé d’ajuster leurs heures d’ouverture aussi longtemps que les mesures pour endiguer la propagation du coronavirus seront d’application. Colruyt, Delhaize et Albert Heijn maintiennent pour leur part leurs heures d’ouverture habituelles. Depuis mercredi soir, Lidl est ouvert une heure de moins, jusqu’à 19 en semaine au lieu de 20 et jusqu’à 18h le samedi au lieu de 19h. 

Salons de coiffure :

Le 24 mars dernier, le gouvernement fédéral a décidé de la fermeture des salons de coiffure jusqu’au 5 avril,

Magasins d'alimentation :

Désormais, ceux-ci peuvent être ouverts de 7 à 22 heures, et non plus 20 heures comme auparavant. Le but: faire en sorte que tout le monde puisse aller faire ses courses tout en respectant la moins grande affluence nécessaire à la distance sociale. 

Pharmacies:
Il n'y a aucun risque de pénurie de médicaments, il y a simplement une limite au nombre de boîtes de certains médicaments par famille. Il est également demandé qu'il n'y ait pas plus de deux personnes en même temps dans l'établissement.

Que faire en cas de panne de voiture?

 

Prenez soin de votre véhicule :

Si comme la plupart des Belges vous n’utilisez presque plus votre voiture, nous avons compilé quelques conseils et bonnes pratiques pour votre véhicule stationné durant une longue durée.  

Les dépanneurs sont sur le pont. Si vous tombez en panne devant chez vous et qu'il n'est pas possible de réparer sur place, votre voiture restera souvent à domicile et sera réparée après le confinement. En effet, de nombreux garages sont fermés et ceux qui font encore les réparations peuvent avoir des pièces mais la livraison de celles-ci peut prendre longtemps. 

Si vous tombez en panne sur la route ou sur l'autoroute, c'est plus compliqué surtout si vous n'avez pas d'assurance assistance. Il faut appeler directement votre garage car il n'y a pas de "permanence de dépannage".

Caroline Martin, Caroline Gillet & Antoine Binamé

Retrouvez l'article original sur RTBF