Collaboration entre Orange et Proximus : quid de la concurrence et de l'impact sur nos factures ?

Orange et Proximus vont rapprocher leurs réseaux de téléphone mobile.

Orange et Proximus vont rapprocher leurs réseaux de téléphone mobile. L’annonce est tombée du ciel ce jeudi. Il s’agit là d'une grosse surprise dans le monde des télécoms. Beaucoup de questions se posent en termes de concurrence et d’impact sur notre facture de téléphone.

Aujourd’hui, il existe trois réseaux de téléphonie mobile en Belgique : Télénet, Proximus et Orange. Deux d’entre-eux réunissent donc leurs forces. Pour l’ancien ministre des Télécom, Alexander De Croo. C’est assez logique du point de vue des entreprises. Mais pour le consommateur, il faut être prudent : "Dans les investissements qui doivent se faire, dont la 5G, c’est normal que les entreprises travaillent ensemble. Pourvu qu’elles restent des entités différentes avec des stratégies différentes du point de vue du consommateur. Il faut bien veiller que ça n’ait pas d’impact sur lui".

Pas question de baisser les prix

Et c’est bien ce qu’ont promis Proximus et Orange : mettre leurs antennes, leurs pilonnes en commun, mais rester deux entreprises différentes. Avec leurs propres stratégies commerciales et leurs propres tarifs. Pour David Wiame, expert télécoms chez Test Achat, ça ne devrait rien changer sur notre facture : "Il ne faut pas rêver. L’opération vise surtout à optimiser les coûts de l’opérateur et jouer sur l’actionnariat des opérateurs afin de rendre les entreprises plus attractives. Il ne s’agit pas de baisser les prix".

De son côté, le ministre des télécommunications, Philippe De Backer a promis d’être très attentif à conserver une concurrence suffisante sur le marché. Il craint qu’une diminution de concurrence entraîne une hausse des prix pour le consommateur.

Maxime Dumoulin avec Simon Bourgeois

Retrouvez l'article original sur RTBF