Ciney 5590

Des éleveurs bovins s'unissent contre le modèle industriel

Une centaine d'éleveurs bovins ont lancé une coopérative. Leur volonté: reprendre en main la commercialisation de leur viande et être rémunérés à leur juste valeur. Parmi les coopérateurs, un éleveur de Sovet.

Pierre Pirson est éleveur de Blanc-bleu dans la commune de Ciney. Chaque année, il abat plus d'une centaine de ses bêtes. Mais depuis moins d'un mois, les carcasses sont envoyées dans un atelier de découpe de viandes situé à Perwez, dans le Brabant wallon. Particularité, cet endroit est détenu par une nouvelle coopérative d'éleveurs de bovins dont Pierre fait partie. Son nom : « En direct de mon élevage ».

Je crois que c'est la première fois en Belgique que des agriculteurs prennent leur sort entre leur main de cette façon. L'achat de cette salle de découpe, c'est la cerise sur le gâteau. 

Dans cet atelier brabançon, plus d'une trentaine de bêtes sont découpées par semaine. L'objectif de ces éleveurs est multiple. Avec moins d'intermédiaires, la rentabilité est plus grande et le circuit plus court. En plus d'avoir une meilleure traçabilité de la viande. Yves Perreaux, administrateur-délégué de la coopérative:

Avec l'industrialisation totale du monde de la viande, les agriculteurs avaient de plus en plus de mal à trouver une certaine rentabilité. 

Né au lendemain du scandale sanitaire "Veviba", ce groupement d'éleveurs veut donc avoir plus de poids face aux industriels du secteur et reprendre le contrôle de la chaine alimentaire. Thibaut Desmet, membre de la coopérative:

On les élèves, on les engraisse, on les conduit nous-même à l'abattoir. La carcasse reste alors en frigo pendant deux, trois jours avant d'être découpées à la coopérative selon al volonté du boucher. 

L'investissement pour cet atelier de découpe s'élève à 1.500.000 euros. A terme, les éleveurs espèrent également disposer de leur propre abattoir pour gérer la filière de A à Z, de l'étable à l'étal du boucher.

Une centaine d'éleveurs bovins ont lancé une coopérative. Leur volonté: reprendre en main la commercialisation de leur viande et être rémunérés à leur juste valeur. Parmi les coopérateurs, un éleveur de Sovet.

Retrouvez l'article original sur MAtélé