Villers-la-Ville 1495

Reconstruction des arcades de l'abbaye de Villers: "Esthétiquement identiques, structurellement différentes"

A Villers-la-Ville, la patience sera bientôt récompensée.

Détruites par deux camions, les arcades de l’abbaye vont être reconstruites, peut-être dès le mois de septembre si les dernières étapes administratives de ce délicat dossier se déroulent sans accroc.

Le lancement de l’appel d’offres et le choix de l’entreprise qui se verra confier le chantier pourraient prendre quelques mois. Par ailleurs, le Tour de France traversera le site en juillet, les travaux pourraient difficilement commencer avant.

Le même aspect qu'au 18e siècle

Une fois reconstruites, les arcades retrouveront exactement l’aspect qu’elles avaient à l’origine, au 18e siècle. Une grande partie des pierres des parties inférieures seront réutilisées, tandis que les parties supérieures seront composées de nouvelles briques (façonnées et cuites à l’ancienne) recouvertes de crépi.  

Structurellement, par contre, les arcades seront différentes. Les piliers ne seront plus solidaires de la partie supérieure, ce qui permettra d’éviter un effondrement total de l’édifice en cas de nouveau choc. Les piliers joueront donc le rôle de fusible, tandis que la partie supérieure reposera sur les murs latéraux. "Il s’agit de faire une reconstruction esthétiquement à l’identique, mais techniquement marquée de notre temps pour répondre aux nouvelles exigences", explique Romuald Casier, l’architecte en charge de la reconstruction

L’histoire des arcades est émaillée d’incidents qui ont entamé plus moins fort leur stabilité. En 2013, la façade est s’était partiellement écroulée après avoir été percutée par un camion. Il avait fallu démonter ce qui n’était pas tombé et les pompiers avaient aussi recommandé que la façade ouest, fragilisée, soit également déposée.

Fin octobre 2018, rebelote. Ce qui restait de la façade ouest s’est effondré après avoir été percuté par un autre camion.

La façade ouest déjà démolie en 1974

Mais en préparant son dossier, l’architecte a retrouvé la trace d’un accident plus ancien que beaucoup avaient oublié. "Dans le dépouillement des archives, on a été surpris de voir des représentations d’un bâtiment d’ores-et-déjà ruiné en 1974 par un premier camion et qui avait été reconstruit (NDLR : c’est la façade ouest qui avait alors été touchée). Cet accident a permis de justifier qu’on ne se lance pas aujourd’hui dans une reconstruction strictement à l’identique. Finalement, on va reconstruire une reconstruction".

Des portiques pour prévenir les camionneurs

La reconstruction des arcades s’annonce délicate car la circulation ne sera pas interrompue à cet endroit pendant la durée du chantier. Il faut par ailleurs envisager des solutions pour éviter tout nouvel accident. "Depuis 2013, les camionneurs se sont habitué à pouvoir passer sans aucun obstacle. Le jour où les arcades seront reconstruites, il sera nécessaire de prévenir les usagers, via des portiques ou une signalisation. Il faudra que les camionneurs anticipent la reconstruction d’un monument qu’ils auront sans doute oublié".

En principe, des portiques pour camions seront effectivement installés. Il est aussi question d’abaisser le niveau de la route. Ces aménagements pourraient être réalisés parallèlement à la reconstruction des arcades.

Hugues Van Peel

Retrouvez l'article original sur RTBF