Villers-le-Bouillet 4530

À Villers-le-Bouillet, Jennifer Marchela rêve de devenir Miss Tattoo

Jennifer Marchela est originaire de Villers-le-Bouillet et elle va concourir pour le titre de "Miss Tatoo", le 19 janvier à Bruxelles.

Il s'agit d'un concours national de beauté qui met en évidence les tatouages et qui permet aux personnes tatouées de briser les codes et de se mettre en évidence.

"Lady Doll" est le nom de "scène" qu'à choisi Jennifer, elle est modèle pour différentes marques de vêtements et elle a fait de sa quarantaine de tatouages un véritable atout.

Un parcours de vie jalonné d'embûches

Au départ, Jennifer Marchela connait des problèmes face à ses véritables envies dans la vie et a beaucoup de mal à se trouver. Elle souffre de fibromyalgie et doit subir différentes opérations qu'elle affronte avec beaucoup de courage.

J'ai souffert de deux tumeurs cancéreuses et quand je me suis inscrite au concours de Miss Tattoo, je savais que je devrai me faire opérer, explique Jennifer. Je me suis inscrite à la fin du mois de janvier et au début du mois de février j'ai subi une opération à la jambe. C'est vrai que ma santé est fragile pour le moment mais je ne veux pas le laisser paraître. J'ai adopté, au quotidien, une hygiène de vie stricte et je fais régulièrement du sport pour prendre soin de moi".

Des tatouages constamment mis en évidence

Jennifer arbore une quarantaine de tatouages qui se voient tous. Elle est tatouée sur les bras, les mains, les épaules, le dos et les jambes. Comme elle l'explique, elle n'a pas de tatouages sur le visage. "Je ne ferai pas de tatouages sur le visage car là, j'ai vraiment peur que cela vieillisse mal. De toute façon, comme je me maquille très souvent, c'est très difficile de ne pas mettre du maquillage sur le tatouage et finalement cela risque de ne plus ressembler à rien".

C'est à 16 ans que Jennifer se fait tatouée pour la première fois. Elle s'est toujours sentie différente des autres personnes. Elle a toujours désiré orner sa peau au moyen de tatouages, de piercings ou encore changer de couleur de cheveux.

Jennifer : "J'essaie de me trouver depuis toujours et voilà seulement que je commence, enfin, à voir qui je suis". 

Aujourd'hui, pour Jennifer, le fait de décrocher la couronne de Miss Tattoo serait une manière de valider toutes les choses qu'elle a accomplies pour s'en sortir. Ce serait également une reconnaissance par rapport au travail qu'elle effectue en tant que mannequin et modèle photos. 

Cathy Massart

Retrouvez l'article original sur RTBF