Floreffe 5150

Les camping-cars ont le vent en poupe, une bulle itinérante bienvenue

Le parking pour motor-home de Floreffe a fait le plein depuis le début des congés de carnaval.

Les Belges ont trouvé un moyen de s’échapper en respectant les règles.

Le jour se lève à peine mais les occupants des 8 camping-cars coincés entre la Sambre et l’abbaye de Floreffe s’agitent déjà. Les rideaux s’ouvrent, les sacs se rangent dans les soutes, les vélos se décrochent de l’arrière des véhicules. Chacun a son plan pour la journée : une balade ou rentrer chez soi ou se préparer pour la prochaine étape du périple à bord de sa maison alternative : "C’est comme à la maison ici, explique Christelle. On part presque tous les week-ends donc dès que je rentre ici, j’ai mes affaires, je suis chez moi". C’est la fin d’une semaine de périple avec son compagnon Philippe. Des sauts de puce à travers la Wallonie, au gré des envies : "Ça ne sert à rien de faire 200-300 kilomètres à la fois. Il faut profiter et comme cela, si on aime on reste, si on aime moins il suffit de partir le lendemain".

Cette liberté, cette absence de planification, voilà ce que recherchent toutes les personnes qui investissent dans ces camping-cars. Eviter les campings et plutôt trouver des recoins. Rester ou partir. Décider en dernière minute. L’été dernier, les immatriculations de camping-cars ont explosé sous l’impulsion d’acheteurs pressés de retrouver une forme de liberté, même alternative, après le choc du premier confinement.

D’ailleurs, contrairement à ses deux premières années, l’espace aménagé par la commune de Floreffe a fait le plein durant tous les congés de Carnaval presque comme si nous étions en plein été.

Arnaud Pilet

Retrouvez l'article original sur RTBF