Somme-Leuze 5377

Les barrages de l'Eau d'Heure régulent bien le niveau de la Sambre

Les chaleurs et le peu de précipitations tombées ces dernières semaines ont pour conséquences une baisse de niveau et un faible débit des cours d'eau.

Selon la cellule "sécheresse" du service public de Wallonie, la situation de la circulation fluviale n'est pas critique mais elle est préoccupante. Et c'est précisément pour cela qu'ont été créés les barrages de l'Eau d'Heure dans les années 1970.

Depuis quinze jours, les vannes des barrages sont largement ouvertes. C'est ce qu'on appelle l'étiage: la régulation des niveaux et débits des cours d'eau.

Christophe Lapôtre, directeur des barrages réservoirs de service public wallon mobilité et infrastructure, explique : "Le service hydrologique fait des relevés journaliers et quand on atteint un certain niveau, un certain débit, à ce moment-là, on enclenche vraiment l’étiage proprement dit qui se fait, en général, quand on est en-dessous des 5 m³ par seconde à l’entrée de Namur au niveau de la Sambre. Pour l’instant, on est toujours légèrement au-dessus donc ça ne pose pas de problème mais il faut dire que l’apport de 1m³ que nous avons ici aussi fait qu’on fait un peu d’étiage par le fait qu’on lâche un peu plus que d’habitude. En régime régulier, je dirais environ 300 litres par seconde. Ca fait quinze jours qu’on est à un peu plus de un mètre cube par seconde.
C’est une année sèche mais, paradoxalement, nous n’avons pas été fort sollicité pour l’étiage et la navigation. Donc on a toujours eu le minimum au niveau des cours d'eau."

Au niveau de la Sambre donc, pour l’instant, la sécheresse semble avoir peu d’impact.

RTBF

Retrouvez l'article original sur RTBF