Florenville 6820

Les Arts de la Rue envahissent Chassepierre ce week-end

Le Festival international des Arts de la Rue revient pour sa 46e éditions dans les rues de l'un des plus beaux villages de Wallonie les 17 & 18 août sous le thème «Corps en mouvements, corps émouvants».

Le Festival International des Arts de la Rue de Chassepierre vous invitera à entrer dans les mouvements, ceux des corps des artistes invités, dans un premier temps, qui, à travers leurs jeux avec l’espace, et la mise en art de leurs déplacements, vous feront participer à des spectacles dans lesquels vos corps, à l’image des leurs, se rendront émouvants.

Cet été encore, plus de cinquante compagnies, venues de France, d’Espagne, de Belgique, des Pays-Bas, d’Allemagne, de Suisse et de Tchéquie, donneront mouvements et émotions aux rues du village et à ses prairies.

Jusqu'à vendredi 19h, les préventes sont encore disponibles au prix de 16€/1 jour – 24€/2 jours pour les adultes et de 8 €/1 jour – 12 €/2 jours pour les enfants âgés entre 8 et 12 ans. Les enfants de moins de 8 ans peuvent participer gratuitement accompagnés d'un adulte.

Quelques morceaux choisis de cette nouvelle édition des Arts de la Rue de Chassepierre:

En journée

En pénétrant dans le cocon, empreint de cirque et de traditions, de la Cie Eia (ESP), vous pourrez écouter les corps, et leur ouvrir vos cœurs, tandis qu’à l’opposé de ces mouvements intimes et protecteurs, et les complétant, ceux d’HURyCan (ESP) et de la Cie Joshua Monten (CH) se déchireront ou s’attireront à travers des danses où se mêleront la violence, l’humour, la tendresse et l’amour.

La fragilité des corps pris entre leurs désirs et la fuite, la Cie Hotel Iocandi (ESP) l’exprimera par ses équilibres et sa musique, pendant que d’autres résisteront, ceux des deux Filles du Renard Pâle (FR), la filambule et la musicienne ne tenant plus qu’à un fil. Plus intimes, les corps entrelacés de Libertivore (FR), qui sont assez en phase pour se faire phasmes, frôleront les illusions d’optique.

Dans les rues de Chassepierre, le duo de Be Flat (BE) vous transformera en followers de ses corps acrobatiques, qui prendront un peu de hauteur.

En soirée

Le soir, la Cie Defracto (FR), dans un ballet de jongleries, tentera de prendre de facto le contrôle de ses corps, au moment où, sur ses mâts et sur la prairie, la Cie Bivouac (FR) essayera, à corps perdus, de retrouver l’accord perdu entre les esprits et les corps, en changeant à chaque minute de point de vue, lors d’une création en perpétuel mouvement poétique, et pleine d’une émouvante retenue.

En musique

Si vous préférez vous agiter, vous pourrez le faire en jouant des cordes, celles des élastiques sonores et numériques installés par Stéphanie Laforce (BE) dans le lavoir, sur le haut du village, qu’il vous sera possible de manier à volonté, avec la complicité du Centre d’Art Contemporain du Luxembourg belge, ou en écoutant jouer des cordes, et de beaucoup d’autres instruments-poésies, dans le kiosque vibrant d’expériences musicales inédites aménagé par La Fausse Compagnie (FR).

Et peut-être croiserez-vous aussi les facéties musicales du trio d’Azimuts (FR), avec sa fanfare interventionniste de poche

Sur d’autres sites, bien des musiques mettront vos corps émouvants en mouvement: les covers des années 50, 60, 70, 80 et 90 de The Groovy Gents (NL), la revigorante potée ethnique de Trinakouna (BE), les airs frais et le swing d’En Fanfare (BE), les mélodies et les refrains imparables de Folk Dandies (BE), les rythmes à base de rock, d’orge, de violon et de malt de The Muddy States (BE), ou la musique klezmer d’Odessalavie (BE).