Journée Mondiale de lutte contre le sida : le VIH en quelques dates clés

Ce dimanche 1er décembre marque la "Journée Mondiale de lutte contre le Sida".

Comme chaque année, de nombreux événements sont organisés à travers la Belgique et dans le monde. Depuis près de 40 ans et la découverte de la maladie, la médecine a fait d’énormes progrès, mais le VIH a fait aussi de nombreux morts. Le virus a tué près de 32 millions de personnes à travers la planète, selon les chiffres de la plateforme Prévention Sida. Retour sur l’évolution de la maladie e quelques dates clés.

  • Le 5 juin 1981 : Une nouvelle maladie fait son apparition. A l’époque, elle n’a pas encore de nom. C’est le centre de contrôle des maladies américain, le CDC, qui lance l’alerte après la découverte d’une forme rare de pneumonie chez de jeunes américains homosexuels.
  • 1982 : Des chercheurs trouvent un nom à cette maladie : le syndrome d’immunodéficience acquise. On découvre que le sida se transmet via le sperme, les sécrétions vaginales, le sang et le lait maternel.
  • 1983 : La cause de la maladie est identifiée. C’est le virus VIH. A l’époque, une polémique fait rage entre des chercheurs français et américains car, à quelques mois d’intervalle, ils détectent le même virus. Les deux pays revendiquent donc la paternité de la découverte.
  • 1984 : La Belgique autorise la publicité pour les préservatifs, jusque-là interdite. La capote protège pourtant de la transmission du VIH.
  • 1985 : Les premiers tests de dépistage du virus débarquent sur le marché. Une avancée importante, mais rien ne permet encore de guérir du SIDA.
  • 20 mars 1987 : Premier espoir pour les malades du Sida avec le traitement AZT. Mais un espoir de courte durée : le traitement est cher et les effets secondaires sont nombreux.
  • 1er décembre 1988 : l’Organisation des Nations Unies (ONU) déclare la " Journée Mondiale de lutte contre le Sida ".
  • En 1991, le scandale de l’affaire du sang contaminé éclate dans plusieurs pays. Plusieurs centaines de personnes ont été transfusées avec du sang contaminé par le virus du sida.
  • 1996 : Les trithérapies débarquent sur le marché. Cette combinaison de trois médicaments différents donne de l’espoir aux malades. Le traitement permet aux porteurs du sida d’avoir une espérance de vie quasi normale. Seul bémol : les premiers traitements sont lourds et les effets secondaires violents. Au fil des ans, la médecine avance et les traitements deviennent de moins en moins pénibles. Les traitements antirétroviraux réduisent aussi le risque de transmission du virus lors de rapports sexuels.
  • 1999 : La Plateforme Prévention Sida apparaît en Belgique. Elle aide les porteurs du virus à lutter contre les discriminations et fait de la prévention du sida et des maladies sexuellement transmissibles.
  • 2007 : Premier patient guéri du sida. L’Américain Timothy Brown a reçu une transplantation de moelle osseuse. Après cette opération, les médecins n’ont plus retrouvé la moindre trace de virus dans son organisme. Les cellules souches du donneur avaient une mutation génétique rare qui empêche le VIH de s’installer.
  • 2008 : La recherche avance toujours. Des médecins suisses confirment que les traitements permettent d’atteindre une charge virale indétectable. Cela signifie que les quantités de VIH dans le sang sont indétectables. La maladie ne se transmet plus.
  • 2013 : Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles approuve le Plan de lutte contre le VIH/Sida pour la période 2014-2019. Il prévoit de diminuer le nombre de nouveau cas de contamination et de lutter contre les discriminations.
  • 2019 : Première mondiale pour des chercheurs belges. Malgré les traitements, le virus reste toujours dans le corps du patient, c’est ce qu’on appelle le réservoir viral. Des chercheurs de l’UZ Gent ont localisé ce réservoir. Une avancée importante dans l’espoir d’une guérison possible de la maladie.
  • 2019 : Un deuxième patient, le "patient de Londres", guérit du VIH. Il a, lui aussi, subi une transplantation de moelle osseuse.
C. Dath

Retrouvez l'article original sur RTBF