Le "train de Noé": Comm', art et climat

La lutte contre le réchauffement climatique est archiprésente ces dernières semaines, elle est abordée dans tous les débats et désormais c'est le secteur du transport ferroviaire de marchandises qui s'en empare.

 

Pour attirer l'attention du public et des médias, le fret ferroviaire a mis en place le projet "Train de Noé": Le principe est simple. Un convoi a quitté Katowice, ville hôte de la COP24, avec deux wagons direction Bruxelles, capitale de l'UE, en passant par Vienne, Berlin et Paris. A chaque étape, le convoi s'est agrandi de deux wagons sur lesquels des graffeurs ont laissé libre cours à leur talent pour représenter des animaux en voie de disparition. Le train de Noé est donc une référence à l'Arche de Noé et à ses couples d'animaux qu'il fallait sauver de la montée des eaux.

Si le secteur des transports de marchandise se mobilise, c'est surtout parce qu'il représente quelque 10% du taux de CO2 rejeté dans l'atmosphère, soit 275 millions de tonnes de gaz carbonique par an. 75% de ces émanations proviennent du fret routier. Pour le transport ferroviaire, il y a donc une opportunité de se développer en offrant une piste de réponse au problème climatique. 

La coalition européenne "Rail Freight Forward" (coalition de 5 compagnies de fret ferroviaire) a donc lancé une belle campagne de communication pour faire entendre sa voix et rendre son projet un peu plus sexy auprès du grand public, notamment via ce spot aux accents très hollywoodiens:

Deux graffeurs anversois ont collaboré au projet, autant séduit par la cause que par la possibilité de graffer sur un train. RiseOne_ak et Smok ont travaillé cinq jours durant. Le premier a recouvert un container d'une pieuvre orange; le second, d'un orang-outang au regard très touchant pour qui s'y plonge.

"Je peins normalement des animaux qui montrent que les hommes sont en train de tout foutre en l'air", explique Smok, Bart Boudewijns de son vrai nom. "Les animaux vivent sans provoquer de pollution donc la proposition de collaboration collait bien avec mon travail"

Parmi les animaux graffés sur le train de Noé, on retrouve un ours, une coccinelle ou encore une orque.   

Le Train de Noé est présenté comme étant la plus longue oeuvre mobile au monde. Un titre qui réjouit RiseOne_ak, Yvon Tordoir: "Ce n'est pas tous les jours qu'on nous propose de peindre sur un train. Pour nous, c'est très attrayant! D'habitude, ça nous est interdit. C'est une très belle opportunité de montrer notre travail sur un objet mobile. Ça ne se présente pas souvent."

Des graffeurs au service du ferroviaire, une contradiction qui semble donner le sourire à tous les concernés.

Vews

Retrouvez l'article original sur RTBF