Namur 5000

Le point en images sur les inondations qui frappent à nouveau la province de Namur, Dinant sinistré

D’importantes précipitations touchent à nouveau notre pays. La province de Namur est particulièrement touchée, notamment Dinant. Le bourgmestre de Dinant, Axel Tixhon a donné une conférence de presse à 22h40. Il précise que les dégâts sont uniquement matériels. "Heureusement, aucun blessé à déplorer". Un torrent a dévalé la route de Phillipeville. Le quartier de Bouvignes a été fortement impacté, avec beaucoup d’eau dans la rue Fetis en bord de Meuse. Le niveau de l’eau est rapidement monté vers 19 heures 30 – 20 heures. La puissance de l’eau a emporté de nombreuses voitures, des pavés, des plaques d’asphalte. "Nous avons trois passages à niveaux bloqués. Ce sont les voiries qui sont le plus impactées", détaille le bourgmestre.

Un amas de voitures emportées par les flots bloque un passage à niveau à Dinant. La gare de la cité mosane est également touchée par les coulées consécutives aux très fortes pluies survenues en début de soirée en province de Namur. Le trafic ferroviaire était déjà interrompu ce week-end sur le tronçon impacté.

Le passage à niveau concerné est situé au sud de la gare, sur le tronçon Dinant-Beauraing, déjà fermé au trafic en raison des inondations survenues mi-juillet. La ligne est censée rouvrir le 9 août. Au nord, le trafic était également interrompu ce week-end. Pour les raisons de sécurité, les équipes d’Infrabel ne se rendront pas sur place ce samedi soir, précise le gestionnaire de l’infrastructure ferroviaire. Plus de détails sur l’état des routes et les prévisions de ces prochaines heures.

A Namur, des cascades se sont formées depuis l’avenue Marcel Lecomte sur la chaussée de Dinant.

La rue de Bomel s’est transformée en torrent. Bomel, le quartier derrière la gare de Namur est inondé. Le Houyoux, un ruisseau normalement canalisé et souterrain à Namur et qui se jette dans la Meuse, jailli de ses canalisations, notamment au boulevard d’Herbatte. Les débris charriés par la crue du ruisseau ont bouché les canalisations. Le ruisseau ressort et inonde le quartier de Bomel. A 22 heures, le niveau d’eau continue de monter dans le quartier. Des gens évacuent suite à une forte odeur de mazout.

Les zones de secours NAGE et DINAPHI ont été prises d’assaut à la suite des fortes pluies qui se sont brusquement abattues sur la vallée de la Meuse samedi soir. "C’est la catastrophe. On nous appelle de partout à Namur et on ne sait où donner de la tête", nous disait-on en soirée au dispatching de la zone de secours NAGE. Toute la vallée de la Meuse est touchée entre Dinant et Namur. Des images spectaculaires de torrents dans les rues circulent sur les réseaux sociaux. A Namur, beaucoup d’opérations de pompage d’eau ont eu lieu, certains quartiers étant littéralement sous eau comme le Fond d’Arquet.

Un mur s’est effondré sur la chaussée de Dinant, près du casino de Namur et en contrebas de la Citadelle. Elle a été fermée à la circulation. "On évacue les gravats rapidement pour s’assurer que personne ne passait par là et n’a été piégé. C’est délicat, car il ne faut pas non plus provoquer de glissement supplémentaire", a expliqué le bourgmestre Maxime Prévot qui assistait aux opérations. C’est le mur de la villa Legrand, abandonnée, qui a cédé sous le poids des terres, chaussée de Dinant à La Plante. "On craint pour la stabilité d’une maison, un expert passera dimanche, et on a suggéré à quelques voisins d’évacuer par mesure de précaution. Une famille de 6 personnes a été relogée aux frais de la ville à l’auberge de jeunesse non loin de là", a précisé M. Prévot. Toujours sur le territoire de la ville de Namur, à Vedrin, une maison de repos a dû être évacuée. "Les infiltrations d’eau ont provoqué des problèmes sur le réseau électrique. Les résidents ont été confiés soit dans leur famille soit sans d’autres maisons de repos", a conclu M. Prévot.

La commune d’Anhée a également été touchée par les fortes pluies de ce samedi soir. Plusieurs villages sont victimes d’inondations, indique la 1ère échevine Anne-Faeles-Vam Rompu.

"Nous sommes submergés d’appels. Les villages de Sosoye, Bioul, Maredret, Annevoie ou encore Denée connaissent des problèmes d’inondations. Ce sont des pluies diluviennes qui se sont subitement abattues sur la région et la Vallée de la Molignée", poursuit-elle. "C’est la catastrophe", explique à son tour l’échevin Martin Chiaradia. "Le bas du village de Bioul est totalement inondé. On se retrouve avec un mètre d’eau dans le village et dans certaines maisons." Les ouvriers communaux ont été rappelés mais sont freinés par ces inondations. "Ils doivent préparer des sacs de sable en prévision des prochains jours mais à cause de l’eau, ils ne savent pas se rendre à l’atelier communal. La pluie a cessé de tomber, mais il faut attendre que les routes se dégagent", termine la première échevine.

 

A. Stas - Belga

Retrouvez l'article original sur RTBF