Orp-Jauche 1350

Le patrimoine, toute une histoire: les grottes de Folx-les-Caves

Tout l’été, Vivre ici vous propose de découvrir un monument ou un site du patrimoine exceptionnel de Wallonie. Pour vous faire connaître son histoire, son imbrication dans la localité et aussi vous raconter l’histoire d’un élément moins connu de ce patrimoine. Aujourd’hui partons à la découverte rafraîchissante des grottes de Folx-les-Caves

Découverte par hasard en 1828 par la famille Racourt, à la suite d’un tremblement de terre, l’origine des grottes intrigue…

En fait l'origine exacte de ces grottes est inconnue. Peut-on d’ailleurs réellement parler de grottes naturelles ? Il s’agirait plutôt d'une carrière souterraine dont l’exploitation remonterait au Moyen Âge pour se terminer au 19e.

L’ensemble forme un labyrinthe de galeries voûtées reposant sur de remarquables piliers de tuffeau (craie micacée ou sableuse à grain fin).

Repère de brigand ou champignonnière?

Plus curieux encore que l'origine des grottes elle-même, l'occupation des lieux révèle des histoires inattendues.

Pendant des siècles, les grottes ont servi d'entrepôt pour le matériel agricole des villageois. Elles ont également servi d'abri pour la population pendant les guerres.

Entre 1750 et 1769, Pierre Colon, un brigand notoire, sorte de Robin des bois brabançon se cachait dans les grottes pour échapper à la justice. Sa maison était située juste au-dessus du dédale. Tel un fantôme il apparaissait et disparaissait après avoir détroussé les riches commerçants et seigneurs de passage. Il n'hésitait pas à tuer et gardait la plus grande partie de son butin pour lui, plutôt que de le redistribuer entièrement aux plus pauvres. Il fut finalement arrêté après une longue cavale et pendu en juillet 1769.

Aujourd'hui le nom de Colon est encore bien connu des Orp-Jauchois. Tous les premiers week-ends d’octobre, la fiesse à Colon célèbre la mémoire du brigand.

Pendant la Terreur (1793-1797), des religieux de l’abbaye de Boneffe se sont réfugiés dans les grottes et pour officier, ils ont sculpté deux autels.

En 1828 les grottes sont (re) découvertes par la famille alors propriétaire du terrain. En voulant se protéger d’un tremblement de terre, ils tombent par hasard sur ce dédale souterrain.

De 1886 à 1975, la famille Racourt utilisera ces grottes comme champignonnière. L’idée d’élever des champignons, à même le sol, sur des lignes de fumier, a germé dans la tête du propriétaire des grottes alors tenancier d’une auberge dans le village de Folx-les-Caves. Cette culture artisanale a connu son heure de gloire entre les deux guerres, notamment grâce à l’abondance du fumier de cheval, fourni par les écuries des casernes et des fermes environnantes et à la main d’œuvre bon marché. Vers 1948, la famille Racourt en produisait jusqu’à 200 kilos par jour qui étaient livrés, parfois à vélo, dans les hôtels de Belgique.

Une confrérie du champignon a même vu le jour en 1985, pour promouvoir la culture du champignon de Folx-les-Caves. Ils ont créé une recette de petit champignon farci à base d'une duxelle de jambon blanc, de queues de champignons, d’échalotes, de persil, d’ail et de chapelure.

Patrimoine exceptionnel de Wallonie

Depuis 1993, les grottes sont classées pour leur caractère exceptionnel en tant qu' anciennes carrières souterraines de Folx-les-Caves.

Un lieu insolite à découvrir. Plus d'informations ici

 

Juliette Patriarche