Ville de Bruxelles 1000

Le fils d'Audrey Hepburn expose la vie de sa mère à Bruxelles

L’actrice britannique, née dans notre capitale, aurait au 90 ans cette semaine.

Son fils Sean, né de l'union d’Audrey Hepburn et de Mel Ferrer, une autre star hollywoodienne, nous a guidé tout au long de cette expo "Audrey Intime".

Sean Hepburn Ferrer prépare cette exposition depuis longtemps. Il a tout organisé minutieusement pour rendre hommage à cette mère qui fut une icône du cinéma et de la mode. Mais il a tenu à nous présenter une Audrey plus intime : celle qui est née à Bruxelles et qui a vécu ses premières années chez nous. "Elle était anglaise de passeport à cause de son père, mais sa culture c’est la Belgique, la Hollande ".

Une courte carrière cinématographique

Audrey Hepburn a tourné 17 films en 14 ans à peine, mais elle est entrée dans la légende et a obtenu un Oscar, en 1954, pour son rôle dans "Vacances romaines". Même si elle a pratiquement arrêté de tourner à la fin des années 60 pour s'occuper de l'éducation de son fils, elle est restée une icône du 7ème art. "Elle était une star de cinéma, mais il y avait de bien meilleures actrice qu’elle dont les jeunes aujourd’hui ne connaissent même pas le nom", explique son fils.

Son rôle principal : ambassadrice de l’Unicef  

Audrey Hepburn était aussi une icône de la mode en marquant notamment à jamais la maison Givenchy dont elle fut l'égérie. Mais si l'exposition évoque évidemment, ses moments de gloire, elle s'attarde surtout sur la femme intime et sur la combattante qui consacra la fin de sa vie à lutter pour les droits des enfants en devenant l'une des premières ambassadrices de l'Unicef. "Au moment de sa retraite où elle retrouve une certaine sérénité, elle décide de devenir ambassadrice. C’est ce rôle qu’elle a toujours décrit comme étant le plus important de sa carrière".  

L'exposition "Intimate Audrey" ouvre ses portes le 1er mai à Bruxelles jusqu’en août prochain à l'espace Vanderborght à Bruxelles.

 

 

 

I.L. avec Dominique Dussein

Retrouvez l'article original sur RTBF