Le chemin vicinal n°30, l'histoire d'une ruelle de Sclessin devenue impasse

La ville de Liège a décidément un urgent besoin d’actualiser la carte de ses sentiers de balade.

Après le débat en conseil communal sur une parcelle dans le quartier de Naniot qu’un particulier vient d’acheter et a commencé à clôturer, les plaintes de randonneurs semblent se multiplier. Dernier exemple en date : la ruelle Hierby, un petit bout de chaussée à Sclessin, en contrebas d’un talus de chemin de fer, percé d’ailleurs d’un tunnel, qui permet de monter, pédestrement, jusqu’aux hauteurs de Cointe.

Qui permet ? Qui permettait, en fait. Au printemps dernier, lorsque le confinement a incité de nombreux habitants des alentours de s’aérer dans le coin, un propriétaire a entrepris de barrer le passage. Selon le comité de quartier, il s’agit du chemin vicinal n°30, dûment répertorié sur de nombreux plans, avant puis après l’édification de la ligne ferroviaire qui l’enjambe, qui relie Bierset à Renory. Mais l’homme affirme que lorsqu’il a acheté le bien, voici un an, l’acte notarié n’a mentionné aucune servitude.

Et pour cause : le chemin vicinal passe juste à côté de sa parcelle. Mais il n’a plus été vraiment entretenu. Et, lorsque l’intercommunale de démergement, voici une dizaine d’années, a dû intervenir pour le réseau d’égouttage, elle a dégagé une bande herbeuse pour l’accès de ses engins de chantier, un accès que les gens ont pris l’habitude d’emprunter, sans plus s’apercevoir de la méprise.

Un travail de bornage s’impose, donc. L’endroit ne manque en effet pas de charme. Le groupe Infrabel a d’ailleurs collaboré naguère à un nettoyage et débroussaillage d’une partie du coteau, dans la perspective d’un balisage pour circuler à flanc de colline. Une colline qui, une fois gravie, dégage un joli point de vue sur la vallée industrielle et ce qu’il reste d’usines sidérurgiques. Au-delà des querelles de voisinage, ce genre de dossier souligne l’intérêt qu’il y aurait, pour les autorités municipales à se préoccuper de la gestion de ces espaces de promenades.

Michel Gretry

Retrouvez l'article original sur RTBF