Le challenge "Yes we plant" démarre ce vendredi, mais qu'est-ce que c'est ?

On le sait, la Wallonie entend planter 4000 km de haies ou 1 million d’arbres d’ici la fin de la législature afin de protéger la biodiversité.

Dans ce cadre, la ministre wallonne de l’Environnement, Céline Tellier, invitée de Matin Première ce vendredi, a lancé en prélude à la Semaine de l’Arbre, le challenge en ligne "Yes we plant". Mais comment cette opération va-t-elle se dérouler ?

Assurance vie contre de futures pandémies

"Par cette campagne, nous voulons vraiment mobiliser les citoyens mais aussi les écoles, les entreprises, les exploitations agricoles, afin qu’ils plantent des haies ou des arbres. Avec un objectif : protéger et restaurer la biodiversité qui souffre, y compris en Wallonie où un tiers de celle-ci est menacé. Or, cette biodiversité, c’est notre meilleure assurance vie contre de futures pandémies", a expliqué la ministre.

Ce vendredi à 13h30, 150 kilomètres de haies et 78.000 arbres avaient déjà été plantés. C’est déjà plus que les 110 kilomètres de haies plantés sur l’ensemble des trois années précédentes. "Et nous n’en sommes qu’au début du processus."

Des subventions revues à la hausse

Concrètement, tous les Wallons peuvent participer et le rendez-vous est fixé sur le site internet Yes We Plant. Des conseils y sont dispensés pour savoir quelles sont les essences qui prennent racine en cette période. On y retrouve également des adresses où se procurer des graines.

Comme l’année dernière, des subventions peuvent être demandées pour la plantation de ces haies et arbres. La Région wallonne a d’ailleurs augmenté le budget de cette opération qui passe 350.000 à un million d’euros et qui devrait atteindre 2 millions en 2024.

A titre d’exemple, si vous plantez un arbre fruitier, la subvention passe de 12 à 25 euros, celle pour la plantation d’un mètre de haie mono-rang de 3 à 5 euros. Les demandes de subventions se font sur le site via un formulaire sous l’onglet "Aide et soutien". Particuliers, agriculteurs et entreprises peuvent faire cette demande.

Enfin, que vous ayez été subventionnés ou que vous ayez planté de votre propre grès, le site vous invite à encoder la longueur de la haie pour faire un comptage officiel à la fin de la Semaine de l’Arbre.

Quel intérêt ?

Si la Région wallonne investit massivement dans ce projet, c’est pour pérenniser la biodiversité belge. Comme le site l’indique, on retrouve dans notre pays quelque 7725 espèces indigènes. On estime que près d’un tiers d’entre elles n’est pas en bonne santé. Elles sont rares, menacées ou éteintes en Belgique.

L’ensemble des arbres plantés permettra donc d’accueillir ces espèces pour qu’elles puissent se pérenniser dans nos contrées. "Les haies sont un véritable allié" peut-on lire. "Elles favorisent la dissémination et la migration des espèces, ainsi que la recolonisation des milieux perturbés. Elles structurent les espaces et diversifient nos paysages. Avec les vergers, elles offrent un abri et une source d’alimentation à la faune locale, qui aidera à la pollinisation, à lutter contre les indésirables et bien plus encore…"

Mais ces arbres permettront également de diminuer les risques d’inondation dans des régions où l’érosion se fait forte. Ils protègent également les cultures du vent, et les fruits qui pousseront sur les arbres fruitiers pourront être dégustés.

Que ce soit les haies ou les arbres fruitiers, n’oublions pas non plus qu’ils nous permettent de respirer en fixant le carbone. Planter plus d’arbres permettra donc d’aider à la réduction des gaz à effet de serre.

On peut le voir, il n’y a donc que des avantages à planter des arbres. Alors à vos pelles et bottes.

Théo Defranne avec Agences

Retrouvez l'article original sur RTBF