Ville de Bruxelles 1000

Le 3 octobre, 25 000 profs et professionnels de l'éducation se retrouveront à Bruxelles

215 animations, ateliers ou conférences, 300 organismes actifs dans l’éducation, 2500 élèves en visite : le Salon de l’Education et du Livre Jeunesse se tient à Bruxelles pour sa 25e édition. Avec pour objectif, cette année, de réunir le milieu de l’éducation des deux côtés de la frontière linguistique et devenir un événement national. En 25 ans, le Salon a pu témoigner des évolutions du secteur.

En quoi la dyslexie d’élèves peut-elle bénéficier à toute la classe ?

Comment aider les directeurs d’école dans leur leadership ? Comment utiliser la pleine conscience en classe? Quelles sont les grandes tendances de l’école de demain?

Voici quelques questions qui seront abordées du 3 au 7 octobre à Brussels Expo lors du Salon EDUC, où 25 000 professionnels du maternel, primaire et secondaire, trouveront des outils et formations pour l’enseignement et l’Éducation, formelle et non formelle, d’aujourd’hui et de demain.

" Ce salon est au secteur de l’éducation belge ce qu’est le salon de la pâtisserie pour les gourmands ", expliquent les organisateurs.

" C’est un lieu où l’on découvre et on échange sur des innovations pédagogiques, lors de conférences mais aussi d’ateliers concrets. C’est un lieu d’échanges entre ceux qui conçoivent des outils pédagogiques et ceux qui les utilisent. Les professionnels y viennent pour s’inspirer et faire du team building entre collègues.

À Bruxelles, pour des idées nouvelles entre les deux communautés linguistiques

Pour son 25e anniversaire, le salon arrive à Bruxelles. " La Flandre ne dispose pas d’un événement comparable. Nous espérons ainsi que la rencontre des deux communautés, francophones et néerlandophones amènera de nouvelles idées pour l’avenir ".

Les deux ministres de l’Enseignement, Hilde Crevits et Ma­rie-Martine Schyns seront présentes. Cette dernière rencontrera les directeurs et profs le jeudi pour faire le point sur le Pacte d’Excellence. Le Salon était à l’étroit à Charleroi, preuve d’un engouement sociétal pour le secteur.

" En 25 ans, nous nous sommes ouverts car il y a de plus en plus de métiers et de struc­tures concernés par le salon. Par exemple, le numérique et le développement personnel (estime de soi) prennent plus de place en tant qu’enjeux ". Autres thématiques présentes : la littérature jeunesse, la maîtrise de la lecture et les troubles de l’apprentissage.

 

Des profs mis en situation de troubles de l’apprentissage

Des ateliers sont organisés chaque jour pour mettre en situation les profs. Afin de mieux comprendre les élèves en trouble d’apprentissage (dyscalculie, dysorthographie, hyperactivité...), le prof est par exemple invité à écrire de la main gauche ou à réaliser une dictée alors qu’il est soumis à de la distraction. Ces ateliers ont déjà permis de sensibiliser 1500 profs.

 

3 salons en un

Le Salon Éducation regroupe trois salons en parallèle :

· Le Salon EDUC : tout ce qui touche de près ou de loin à l’école, avec des pédagogues de renom venant du Canada, France, Belgique.

· Le Salon EDUCdir : tous les outils de gestion d’une école

· Le Salon Livre Jeunesse : 20 éditeurs de livres de jeunesse présents sur 40 stands, soit plus que lors de la Foire du Livre. Plus de 100 classes d’élèves participeront, entre autres à, un atelier avec un slammeur sénégalais, des ateliers " apprends à colorier avec un illustrateur belge ", des ateliers autour du conte ou du kamishibai, ou à un circuit littéraire autour du thème de l’éléphant.