La Wallonie pourra-t-elle bientôt s'en sortir seule ?

"La Wallonie ne doit pas être dans la logique du baxter et attendre que ce soit de l'extérieur que tout vienne".

"La Wallonie ne doit pas être dans la logique du baxter et attendre que ce soit de l'extérieur que tout vienne". La phrase est de Maxime Prévot, le bourgmestre de Namur. À la veille des fêtes de Wallonie, il était interrogé par Thomas Gadisseux.

A terme, la 6ème réforme de l’Etat prévoit en effet que la Wallonie dépende moins des transferts financiers du Nord vers le Sud. Une "responsabilisation" qui dans les chiffres a déjà commencé puisque pour plusieurs raisons le sud est moins dépendant du Nord qu’il y a quelques années.  

Dans une étude réalisée par la KUL entre avril 2016 et juillet 2017 sur "les flux interrégionaux en Belgique 2000-2020", il apparaît qu’entre 2014 à 2020, les transferts financiers de la Flandre vers les autres entités fédérées seront passés de 7,1 milliards à 6,6 milliards d'euros.

La Wallonie doit donc s’habituer à attendre moins de rentrée financière de l’extérieur et à compter plus sur ses propres ressources.

Mais en prend-elle le chemin ? Le redressement wallon dont on nous parle tous les jours est-il suffisant ?

Pour en parler, Bertrand Henne reçoit autour de la table ce vendredi Roland Gillet, docteur en économie à la Solvay Brussels School ainsi que Philippe Destattehistorien et prospectiviste européen spécialiste de la Wallonie.

Donnez-nous votre avis

On attend vos réactions :

  • Par téléphone au 02/737.37.07
  • Sur Facebook
  • Sur Twitter avec le #Débats1
Débats Première Wallonie

Retrouvez l'article original sur RTBF