La VUB met fin à sa collaboration avec l'Institut Confucius

Le conseil d'administration de la VUB a décidé de ne pas renouveler son contrat avec l'Institut Confucius, qui s'achève en 2020.

Le conseil d'administration de la VUB a décidé de ne pas renouveler son contrat avec l'Institut Confucius, qui s'achève en 2020. La collaboration avec l'institution n'est plus en phase avec la politique et les objectifs de l'université, indique celle-ci.

Le partenariat avec l'Institut Confucius fait déjà l'objet depuis un temps d'évaluations internes et externes mais de récents articles de presse ont constitué un élément supplémentaire de réflexion au sein du conseil d'administration. Il était apparu fin octobre que Xinning Song, alors directeur de l'Institut Confucius de la VUB, soupçonné d'espionnage, avait été banni cet été de la zone Schengen par la Sûreté de l'Etat pour une durée de huit ans.

"Pour la VUB, la collaboration n'est possible que si les actions des partenaires correspondent à nos principes de base. C'est avec cette vision que le conseil d'administration a décidé que ce partenariat n'était plus conforme aux objectifs actuels et ne serait pas prolongé", précise Caroline Pauwels, rectrice de la VUB.

Les étudiants chinois en baccalauréat et master de langue et littérature pourront terminer cette année académique sans changements significatifs. L'université cherche une solution pour l'année suivante ainsi que pour le personnel rémunéré par l'Institut Confucius.

L'université dit rester ouverte à de nouvelles collaborations avec des institutions universitaires chinoises, des scientifiques et des étudiants, à condition que la liberté académique et l'indépendance puissent être garanties, dans un esprit de confiance mutuelle.

 

Belga

Retrouvez l'article original sur RTBF