La Ville de Bruxelles se dote d'un plan d'action LGBTQI+ pour lutter contre les discriminations

Les personnes homo et bi-sexuelles, transgenres, queer et intersexes subissent encore trop de discriminations et de violences, verbales et physiques.

La Ville de Bruxelles entend lutter contre ce phénomène pour que les membres de la communauté se sentent respecté.e.s et en sécurité dans les rues de la capitale.

Un plan d'action en plusieurs points

Afin d’établir le plan d’action, la Ville de Bruxelles a procédé en trois temps ; d’abord la prise en compte des problématiques rencontrées par les communautés LGBTQI+, ensuite l’analyse des mesures existantes et enfin l'amélioration et un meilleur ciblage des mesures. En parallèle, les associations locales LGBTQI+ ont été consultées afin de rendre compte de la situation sur le terrain et soumettre en ce sens des propositions d’actions.  

Un des problèmes rencontrés par les victimes d'agressions homo- ou transphobes réside parfois dans l'accueil de la police. Le plan d'action  prévoit donc la formation du personnel de la Police au harcèlement de rue des personnes LGBTQI+ . Ce volet sera inclus dès cette année dans la formation " harcèlement de rue " déjà prévue par l’ASBL Garance. 

"Peu de plaintes sont reçues par la police concernant des faits d’agressions ou de harcèlement envers les personnes LGBTQI+. Cela peut notamment se traduire par le fait que les personnes n’osent pas toujours porter plainte ou venir sur place. Il est très important que les personnes de la communauté LGBTQI+ puissent rapporter les faits afin que des actions concrètes puissent être entreprises. C’est pourquoi le point de contact LGBTQI+ sur le site internet de la Zone de Police Bruxelles-Ixelles est également mis en avant à travers la campagne " Sparadraps", détaille Khalid Zian, l'échevin en charge de l'égalité des chances. 

Autre mesure annoncée, le renforcement du soutien logistique auprès des centres d’hébergements pour les personnes LGBTQI+, via la Régie Foncière de la Ville. Depuis 2018, un logement est gratuitement mis à la disposition de l’ASBL le Refuge pour accueillir les celles et ceux qui sont chassé.e.s du foyer familial ou qui doivent fuir un milieu hostile. 

Troisième point : la sensibilisation et la formation du personnel de la Ville et du CPAS aux identités de genres et orientations sexuelles.  Cela passe par la désignation d’une personne de confiance LGBTQI+ pour les citoyens et les associations. Plus largement, la simplification des documents administratifs est également une volonté de ce plan d’action, notamment dans les écoles, en adaptant les documents administratifs afin d’éviter les stéréotypes. 

Enfin, la faisabilité de la création d’un conseil consultatif LGBTQI+, avec les associations de terrain compétentes sur le territoire de la Ville, sera sur la table d’ici 2022. La création d’un organisme de consultation formelle au sein de la Ville permettra de réunir des représentants des communautés LGBTQI+ qui rendront leur avis sur les différentes actions entreprises par la Ville.  

Le plan d'action LGBTQI+ sera soumis au vote du conseil communal ce lundi 21 septembre. 
 

Philippe Carlot

Retrouvez l'article original sur RTBF