Neufchâteau 6840

La petite foire paysanne délocalisée et décentralisée pour exister malgré le Covid

"Sans petite foire ? Non ! Cent petites foires" c’est le leitmotiv des organisateurs de la Petite Foire Paysanne de Semel.

"Sans petite foire ? Non ! Cent petites foires" c’est le leitmotiv des organisateurs de la Petite Foire Paysanne de Semel. Puisqu’il n’est pas possible cette année d’organiser un évènement d’ampleur avec la crise sanitaire, la petite foire prend la forme de multiples petits évènements décentralisés.

"Il y a une urgence à relocaliser l’alimentation et l’agriculture de manière générale. Il fallait que la petite foire ait lieu" explique Catherine Tellier, militante au Mouvement d’Action Paysanne et coordinatrice de l’événement.

Les organisateurs lancent donc un appel auprès des producteurs locaux, fermes, coopératives, etc. Qu’ils soient localisés en Wallonie, à Bruxelles ou en Flandre, qu’importe. "Participez à cette édition délocalisée/relocalisée entre le 24 juillet et le 31 octobre en organisant une p’tite Petite Foire chez vous ! Nous réfléchirons ensemble à la relocalisation paysanne de notre alimentation par le biais d’un kit rempli d’outils et de propositions d’animations (dans le respect des règles sanitaires et légales)".

Margot Moreau a répondu à cet appel. Le premier évènement se déroulera donc le 25 juillet à la chèvrerie du Moulin du Wez, à Mierchamps, près de La Roche-en-Ardenne. "J’ai repris la ferme familiale c’est hyper valorisant, c’est hyper important. Il faut se montrer, montrer ce qu’on fait, notre travail, susciter des vocations chez les jeunes. Il n’y a pas que pendant le confinement qu’on existe, c’est toute l’année !".

L’objectif pour les organisateurs est de faire exister un maximum de petites foires cet été. 100, peut-être ? Mais éviter à tout prix le "sans petite foire".

A. Stas & A. Lemaire

Retrouvez l'article original sur RTBF