Hastière 5540

La centrale de Chooz pointée du doigt par la sécurité nucléaire française

Le rapport 2017 publié par l’autorité française de sûreté nucléaire, place la centrale de Chooz parmi les mauvais élèves. Ecolo a interrogé le ministre Jambon sur la question.

Les fumées blanches, que l'on aperçoit depuis les hauteurs d'Hastière ou encore de Beauraing venant de la centrale nucléaire de Chooz, inquiètent. L'autorité française de sûreté nucléaire ou ASN a remis son rapport 2017 sur la centrale et des manquement ont été relevés explique Georges Gilkinet, député fédéral Ecolo :

Le rapport de l'ASN révèle des problèmes de radioprotection c'est à dire d'exposition à la radioactivité des travailleurs de Chooz. Il y a aussi des procédures qui ne sont pas adaptées aux exigences de sécurité d'une centrale nucléaire. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que les autorités françaises de sécurité nucléaire disent aux responsables de Chooz qu'ils font n'importe quoi.

Un accident nucléaire à Chooz toucherait directement, Hastière, Onhaye, Houyet et Beauraing. Le député Ecolo veut donc que le ministre de l'Intérieur Jan Jambon réagisse.

J'aimerais pouvoir directement contacter les autorités françaises mais on est dans le pays frontalier donc je dois demander au ministre de référence dans mon pays, Jan Jambon, d'interroger son homologue français et lui dire notre inquiétude vis-à-vis de la centrale de Chooz.

L'autre problème relevé met en lumière la procédure suivie en cas de cloison percée durant la période de maintenance. Ces trous servent à faire passer les câbles d'une pièce à l'autre. Durant ce court instant il y a une ouverture entre deux pièces et donc un risque d'incendie, détaille Marc Lejeune, bourgmestre de Beauraing qui a visité la centrale en mars dernier.

L'ASN a expliqué qu'il faudrait dorénavant un responsable de la sectorisation pour veiller que le matin, le lendemain, mais aussi au moment même des travaux de maintenance, que tout soit bien fermé afin d'éviter tout risque d'incendie.

Pour Marc Lejeune c'est parce que la centrale a été fermée un long moment en 2017 qu'il y a eu autant d'événements jugés significatifs par l'ASN :

Il y a eu 234 jours de fermeture programmée pour réaliser dans la centrale des investissements, de la maintenance. Il y a eu plus de 2,000 personnes sur le site donc trois fois plus d'ouvriers qu'en temps normal. C'est donc en toute logique que les événements significatifs ont été multipliés.

La France a annoncé l'impossiblité pour le pays de réduire de 25 % la part du nucléaire dans la production d'électricité d'ici 2025 comme le prévoit la loi de transition énergétique. Chooz n'est donc pas prêt de fermer.

Retrouvez l'actualité de votre région en nous rejoignant sur les groupes Walhéroises, Walhérois - Hastiéroises, Hastiérois - Beaurinoises, Beaurinois - Houyétoises, Houyétois

Le rapport 2017 publié par l’autorité française de sûreté nucléaire, place la centrale de Chooz parmi les mauvais élèves. Ecolo a interrogé le ministre Jambon sur la question.

Retrouvez l'article original sur MAtélé