Mons 7000

L'UMons transforme un ancien couvent en une bibliothèque universitaire moderne

Dans l’ancien couvent des Visitandines situé à la place du Parc, il flotte encore une odeur de plafonnage fraîchement posé.

A quelques jours de la rentrée académique, pas encore d’étudiants de l’UMons dans le bâtiment. Mais au printemps prochain, c’est promis : ils prendront la place des derniers ouvriers présents sur le chantier.

Deux ans et demi que le bâtiment est en cours de rénovation. L’ancienne chapelle accueillera au printemps 2020 le MUMons, le musée de l’université de Mons. Le reste du bâtiment servira de bibliothèque pour les étudiants. Une rénovation à 12 millions d’euros financés sur fonds propres par l’UMons, dont la partie la plus spectaculaire se trouve dans l’ancien cloître. "A l’origine le cloître est ouvert, explique Aline Misselyn, responsable des affaires culturelles de l’université. Lors de la rénovation, il a été couvert d’un toit en verre soutenu par un arbre métallique qui symbolise l’arbre de la connaissance. C’est ici que les étudiants pourront étudier dans le calme."

Répondre au nombre croissant d’étudiants

La nouvelle bibliothèque vise à répondre au nombre croissant d’étudiants accueillis par l’UMons. Mais en y plaçant un musée, l’université entend aussi en faire une vitrine. "Ce sera un lieu de culture mais c’est aussi l’occasion de faire découvrir au public ce qui se passe derrière les murs de l’université. Le grand public ne sait pas assez que l’UMons est une université qui compte en Belgique", indique son administrateur Philippe Mettens.

Le couvent des Visitandines ne sera d’ailleurs pas le dernier investissement de l’UMons. D’ici 2023, elle inaugurera un autre bâtiment à la rue d’Havré pour accueillir la faculté d’architecture. La construction de 350 kots grâce à un partenariat avec le privé est également envisagée dès l’an prochain du côté de la plaine de Nimy. Ce projet devrait inclure à terme un espace dédié à la fête et un terrain de sport. De quoi répondre à la croissance constante de l’université qui compte actuellement plus de 9300 étudiants, un nombre en progression lors de chaque rentrée académique.

Denis Vanderbrugge

Retrouvez l'article original sur RTBF