Julie Fernandez-Fernandez, présidente d'Enodia, sur le dossier Nethys: "Un immense gâchis"

Abus de biens sociaux, détournement dans une fonction publique, ce sont les chefs d’inculpation retenus contre Stéphane Moreau, l’ancien CEO de Nethys, Pol Heyse, l’ex directeur financier et Bénédicte Bayer, l’ancienne directrice générale du groupe.

Abus de biens sociaux, détournement dans une fonction publique, ce sont les chefs d’inculpation retenus contre Stéphane Moreau, l’ancien CEO de Nethys, Pol Heyse, l’ex directeur financier et Bénédicte Bayer, l’ancienne directrice générale du groupe. Stéphane Moreau est également inculpé de faux, usage de faux et escroquerie.

Stéphane Moreau et Pol Heyse sont incarcérés à la prison de Lantin. Bénédicte Bayer a été laissée en liberté sous conditions strictes.

L’ancienne structure faîtière de Nethys est décapitée.

Si la justice ne fait aucun autre commentaire, côté politique, on se montre aussi très prudent.

"Enorme gâchis"

Tout avait commencé par les révélations de Cédric Halin sur ces fameux comités de secteurs de Publifin, l’intercommunale liée à Nethys, et ces réunions très bien rémunérées pour des personnes absentes. Cédric Halin préfère ne pas réagir pour le moment.

Du côté de la présidente d’Enodia, le nouveau nom de Publifin, on reste prudent : "je n’ai pas à commenter les décisions et le travail de la justice", déclare Julie Fernandez-Fernandez, "je compte, avec l’ensemble des équipes du groupe, continuer à travailler à la remise en ordre d' Enodia/Nethys et au développement de cet outil économique essentiel pour Liège et sa région."

Et Julie Fernandez-Fernandez d’ajouter : " à titre personnel, le seul sentiment qui m’habite aujourd’hui, c’est celui d’un immense gâchis".

"La Région a pris ses responsabilités"

Christophe Collignon est le nouveau ministre de tutelle sur les intercommunales.

Il rappelle que "la Région a pris ses responsabilités en cassant les actes qui lui semblaient contraires à l’intérêt général et qu’elle a transmis les pièces à la justice. La justice a fait son travail en toute indépendance. La Région s’était d’ailleurs portée partie civile dès novembre 2019."

Et le ministre d’ajouter "aujourd’hui au-delà des suites judiciaires, il importe surtout de se soucier du sort des travailleurs du groupe".

 

 

Françoise Dubois

Retrouvez l'article original sur RTBF