Liege 4000

Inner Space: 40 artistes contemporains investissent le Grand Curtius à Liège

A Liège, des artistes contemporains exposent au Musée Grand Curtius.

A Liège, des artistes contemporains exposent au Musée Grand Curtius. Avec leur projet Inner Space, sixième édition, une quarantaine d’artistes, essentiellement liégeois, ont investi les trois étages du musée d’histoire et d’archéologie. Peinture, sculpture, installations vidéos, vitraux contemporains, concerts… Chaque artiste revisite à sa manière une partie des collections du musée à travers un thème, une œuvre exposée, une salle. L’occasion aussi de faire découvrir le musée Curtius et de donner un coup de jeune à cette institution culturelle liégeoise qui regroupe des pièces qui datent de la préhistoire jusqu’au 19e siècle.

Geoffrey Schoefs, chargé d’expositions au Grand Curtius : "D’un côté, les artistes contemporains peuvent s’inspirer de nos riches collections conservées au Musée Grand Curtius et d’un autre côté, nous, on peut aussi avoir une autre vision sur nos objets. Par exemple, il y a Joëlle Desmarets. Certains sujets religieux, par exemple la mise au tombeau, elle va les représenter au fusain, selon sa sensibilité. D’autres s’inspirent plus de l’architecture. Par exemple, Jean-François Cuda va plus jouer sur l’architecture moderne de la nouvelle aile du Grand Curtius avec des liens de couleur entre le béton blanc et ses œuvres colorées".

La vidéaste Babi Avelino a choisi les dorures de la salle aux palmiers

Liégeoise d’adoption, Babi Avelino est une vidéaste originaire de São Paolo. Elle présente une installation vidéo baptisée "illuminations" dans le salon aux palmiers dorés très " siècle des lumières" de l’hôtel particulier de Hayme de Bomal… Le décor de la salle 18e siècle du musée a séduit l’artiste brésilienne : "j’y ai découvert une pendule de la collection Duisberg "avec les figures du roman "Paul et Virginie". Ce côté romantique, m’a inspiré une vidéo où j’alterne des images de la salle en kaléidoscope et des extraits de films romantiques que j’ai visionnés pendant le confinement. Ce siècle des Lumières représente pour moi un réel moment d’espoir dans l’histoire mondiale dans une période où on en manque."

Une manière aussi d’attirer un public plus jeune

Une manière en quelque sorte aussi de dépoussiérer le musée : "Sur les musées d’art et d’histoire, il y a toujours une certaine pesanteur, celle d’un musée un peu poussiéreux, ce qui n’est pas le cas parce qu’il a été rénové il y a une douzaine d’années, il est assez moderne, avec une intégration des pièces. On aimerait bien, en intégrant des artistes contemporains, faire venir un public plus jeune aussi".

"A Liège, il n’y a pas que le musée des Beaux-Arts de la Boverie…"

Certains artistes n’étaient même jamais venus dans ce musée. Il était donc important de relancer la communication, comme l’explique Geoffrey Schoefs : "On essaye de recréer une visibilité aussi parce qu’il y a deux grands pôles, le Musée d’Art et d’Histoire ici, et il y a aussi la Boverie qui attire peut-être davantage les gens avec des collections Beaux-Arts. On relance cette communication pour attirer ce public et montrer qu’il n’y a pas que les Beaux-Arts en eux-mêmes, il y a aussi les collections d’arts décoratifs, d’art religieux, d’armes, d’archéologie et du verre qui sont parmi les collections très importantes en Belgique, voire dans le monde, et qu’il faut s’y intéresser".

Avec ses 5000 pièces, le Grand Curtius est le plus grand de Wallonie. L’exposition Inner Space est ouverte au grand Curtius jusqu’à fin février 2021.

Erik Dagonnier

Retrouvez l'article original sur RTBF