Influences étrangères, dysfonctionnement, copinage… Que se passe-t-il à l’Exécutif des Musulmans de Belgique ?

Le président de l’organe représentatif du culte musulman en Belgique annonce qu’il ne veut plus des subsides de l’état. Il dit en avoir "marre de l’ingérence politique" dans l’Exécutif des Musulmans. Du coup, Déclic a voulu en savoir davantage sur le fonctionnement de cette institution qui a enchaîné les polémiques depuis sa création.

Pour Caroline Sägesser, chercheuse au CRISP, et spécialiste des cultes, le constat est clair : "cet exécutif n’a jamais bien fonctionné depuis sa création, en 99" au point, selon elle, que l’on peut se demander si ce modèle d’un organe " chef de culte " peut vraiment fonctionner pour l’Islam.

Un trait d’union entre l’Etat et le culte islamique

Revenons sur le sens même d’avoir un tel exécutif chez nous. C’est lié au fait que la religion musulmane est un culte officiellement reconnu en Belgique. Il fallait donc une instance qui représente cette confession pour toute une série d’enjeux liés à sa reconnaissance officielle : la reconnaissance des Mosquées et le contrôle de leur budget, la reconnaissance des Imams (salariés par l’Etat belge, au titre de ministres du culte), l’agréation des enseignants de religion islamique ou encore l’agréation des aumôniers.

Le problème, c’est que contrairement à la religion Catholique romaine, par exemple, il n’y a pas, dans l’Islam sunnite (le plus représenté chez nous) de véritable hiérarchie. Chaque Mosquée jouit d’une grande autonomie.

Il a donc fallu construire un mécanisme complexe d’élection, au départ des Mosquées, tenant compte des puissantes fédérations de Mosquées qui sont encore très connectées aux pays d’origine de la plupart des Musulmans de Belgique : la Turquie et le Maroc.

Une influence étrangère encore très forte

Cette influence, elle se matérialise notamment à travers un organe lié à l’Exécutif des Musulmans de Belgique, à savoir le Conseil de coordination des institutions islamiques de Belgique. Dans ce conseil, on retrouve la Diyanet (l’administration religieuse turque, directement liée à Ankara), le Millî Görüs (association très proche de l’AKP, le parti d’Erdogan, au pouvoir en Turquie), on trouve aussi le Rassemblement des Musulmans de Belgique qui, lui, représente plutôt l’Islam marocain en étant financé directement depuis le Maroc.


Lire aussi: Le ministre Van Quickenborne demande à la Sureté de l'Etat d'enquêter sur l'Exécutif des musulmans de Belgique


 

Le lien avec les pays d’origine reste donc très fort, au point qu’il a fallu imaginer un système d’alternance à la présidence de l’exécutif (des mandats coupés en deux) pour partager le pouvoir entre musulmans marocains et turcs. " Vous vous rendez compte, précise un très bon connaisseur de l’exécutif, lui aussi musulman, on a encore en 2021 une vraie ethnicisation de l’Islam chez nous ". Pas simple de faire émerger un vrai Islam de Be

Arnaud Ruyssen

Retrouvez l'article original sur RTBF