Immunité "immédiate" au coronavirus : tout comprendre sur la thérapie à base d’anticorps monoclonaux

Bonne nouvelle en cette fin d’année : en plus du début de la vaccination en Belgique et en Europe, de nouvelles perspectives s’ouvrent quant aux thérapies contre le coronavirus.

Aux quatre coins du monde et de l’Europe, l’engouement est croissant vers une thérapie, celle à base d’anticorps monoclonaux. Mais tout d’abord, qu’est-ce que c’est un anticorps monoclonal ?

"Lorsqu’on développe une infection par un virus ou une bactérie quelconque, le corps développe une réponse immunitaire pour l’éliminer et, entre-temps, manifeste les symptômes de la maladie. Notre système immunitaire, grâce à des cellules appelées lymphocytes B, se met à produire de multiples anticorps, c’est-à-dire des protéines qui éliminent le virus", éclaire le Pr. Sophie Lucas, immunologue à l’Institut de Duve de l’UCLouvain."L’anticorps monoclonal est produit en laboratoire. Il est dit monoclonal car il est homogène, produit par une seule source de lymphocytes".

Une thérapie déjà connue

Le principe de la thérapie est celui d’injecter un ou plusieurs anticorps monoclonaux à la personne qui vient d’être testée positive à une maladie, en l’occurrence, le covid-19. Le principe ne date pas d’hier : il a déjà été utilisé dans le cadre de l’épidémie d’Ebola.

En 2020, des anticorps monoclonaux ont déjà été approuvés aux Etats-Unis pour traiter le coronavirus, après avoir été utilisés quand le président Trump a contracté la maladie. Malgré la validité du système, "le problème est que les anticorps monoclonaux disponibles actuellement sont efficaces uniquement s’ils sont administrés dans une fenêtre de temps très limitée", explique Sophie Lucas.

La thérapie évite de développer des formes graves de la maladie, mais à condition qu’elle soit administrée tout au début de l’infection, avant que les symptômes ne deviennent trop sévères.

Par exemple, cela pourrait s’avérer utile pour les résidents en maison de repos qui sont très à risque : dès qu’une personne est testée positive, elle pourrait recevoir le traitement. "Cela vaudrait également pour d’autres sujets à risque de faire une forme grave de la maladie, comme les personnes souffrant d’obésité, d’hypertension ou ds problèmes cardiaques, qui sont testés positifs au covid-19", illustre encore l’immunologue.

Une immunité immédiate contre la maladie

Administrée à temps, cette thérapie permet de fournir une immunité immédiate au coronavirus, un véritable avantage par rapport aux vaccins.

Cette rapidité est liée au principe de l’administration

Lavinia Rotili

Retrouvez l'article original sur RTBF