Houyet 5560

Houyet: la nouvelle taxe «kayaks» divise le conseil communal

Le conseil communal de Houyet a modifié sa taxe sur les kayaks. Le nouveau système, basé sur le nombre réel de bateaux mis à l'eau, fait l’unanimité. Son montant, par contre, divise majorité et opposition.

La majorité houyètoise a décidé de changer le mode de taxation des kayaks mis à l'eau sur son territoire. La taxe ne sera plus basée sur un forfait mais bien sur le nombre réel de bateaux mis à l'eau chaque jour.

Auparavant, les loueurs de kayaks, en l'occurrence la seule société Dinant Evasion, devaient en début de saison déclarer le nombre de kayaks qu'ils comptaient mettre à l'eau pendant l'année. A Houyet, cela leur coûtait 100€ par embarcation. Bon an, mal an, cela rapportait environ 90.000€ à la commune. Désormais, la taxation se fera selon le nombre de bateaux réellement mis à l'eau chaque jour. Les 400 premiers bateaux seront taxés 2€, à partir du 401ème, le coût passera à 3€.

Ce système a été demandé par l'exploitant lui-même, il permet de tenir compte des impondérables d'une saison : les sècheresses et, pour le moment, les règles sanitaires.

Un montant trop élevé? 

Sur le nouveau système, tout le monde est d'accord. Là, où ça coince, c'est sur le montant.

L'opposition, par la voix de son chef de file Didier Rouard, le trouve démesuré :

C'est difficile d'estimer ce que la nouvelle taxe va rapporter. Si la saison est bonne, c'est 250.000€, c'est insupportable. Ce qui risque d'arriver, c'est que tous les kayaks partiront de Gendron (sur la commune de Dinant, ndlr). Je demande un peu d'empathie pour un commerçant qui est là depuis 30 ans. Cette taxe est trop élevée. Je plaide pour une taxe de 1€ par mise à l'eau.

La majorité s'étonne de retrouver dans les propos de l'opposition tous les arguments du loueur de kayaks. Etienne Marot, échevin des finances, rappelle la position du collège en précisant que la menace de ne pas mettre de kayaks à l'eau à Houyet avait déjà été mise à exécution en 2020 :

Il y a eu discussion avec l'exploitant et la relation est difficile. Cette taxe le dédouane du risque climatique et sanitaire. Nous, nous voulons une taxation pour un usage raisonné de la Lesse. Tu défends les commerçants mais j'espère que tu défends aussi la commune et la Lesse.

Hélène Lebrun, la bourgmestre renchérit :

On n'est pas contre les kayaks, on soutient l'activité. On change simplement la taxation et dire que la taxe va doubler, c'est de l'interprétation.

Finalement, le point est voté majorité contre opposition avec l'abstention d'Hervé Rondiat. Mais au-delà de la taxe, il est évident que le débat, qui s'est d'ailleurs prolongé sur la page Facebook de la commune qui diffusait le conseil communal, est bien plus fondamental. Il porte sur l'avenir touristique de Houyet et sur la place que la commune souhaite laisser aux kayaks.

Retrouvez l'article original sur MAtélé