Hiver : comment prévenir les signes d'hypothermie et comment l'éviter ?

L’hiver s’installe, les températures plongent.

Pour les SDF, une lutte quotidienne contre le froid commence. Le risque d’hypothermie les guette constamment. Et ils ne sont pas les seuls. Deux migrants clandestins ont été retrouvés en hypothermie ce mardi dans un camion-frigo sur l'E42 à hauteur de l'aire de Verlaine en Ardenne. La température ne dépassait pas les trois degrés à l'intérieur du semi-remorque. 

Quels sont les signes d'hypothermie?

L'hypothermie désigne une température inférieure à 35°C. Elle est d'une gravité variable: modérée entre 35 et 34°C, moyenne jusqu'à 32°C, grave de 32°C à 25°C. C'est à partir de 28°C que le cœur risque de s'arrêter… Mais avant d'arriver à cette situation extrême, le corps met en place toute une série de mesures pour maintenir la chaleur. D’abord, il tente de compenser le manque calorique par du mouvement musculaire. Pour le Dr Pierre-François Laterre, Chef de service des soins intensifs aux cliniques universitaires Saint-Luc, les symptômes s'expliquent. " Votre réaction initiale, c’est d’avoir froid, de trembler, et de générer de la chaleur en faisant travailler vos muscles. Mais à un certain moment cette température va descendre et vous n’arrivez plus à compenser."

Le pouls et la respiration s'accélèrent, la peau devient blême et froide… Au niveau des extrémités un phénomène particulier se met en place, nous explique Pierre-Francois Laterre. "La perfusion sanguine au niveau des membres et de la peau va diminuer. Le corps réduit ainsi les pertes caloriques en réduisant la surface de contact entre l’intérieur et l’extérieur. C’est la vasoconstriction (un resserrement des vaisseaux sanguins). L'objectif est de préserver les organes vitaux en redirigeant le sang des extrémités vers le cœur et les poumons."

Archives : Quel temps ! du 18/02/2016

Le déshabillage paradoxal : se mettre nu par -40°

Si la personne reste dans le froid, elle rentre dans la phase d'épuisement : somnolence, chute de tension avec son lot de vertiges, d'étourdissements, de confusion, ralentissement du pouls. Des réactions paradoxales peuvent alors intervenir. Elles sont, notamment, documentées dans les pays froids comme le Canada, la Sibérie, la Scandinavie ou l’Islande. Le livre de l’auteur islandais, Arnaldur Indridason, " Hypothermie " décrit bien ce phénomène. La personne est envahie par une sensation de grande chaleur qui peut même la brûler. Mais plus elle se déshabille, plus cette sensation s'accentue, et elle se retrouve totalement nue par une température inférieure à celle de nos congélateurs. Les muscles, sensés resserrer les vaisseaux sanguins, se relâchent. Résultat, le sang jusqu'alors maintenu dans les tissus vitaux, afflue soudainement vers les extrémités. C'est ce que l'on appelle le "déshabillage paradoxal".  C’est une forme de suicide. La personne s'évanouit, la circulation sanguine et la respiration s'arrêtent : elle meurt des conséquences de l'hypothermie.

Comment soigne-t-on une personne en hypothermie?

"Pas question de lui mettre une couverture chauffante autour du corps qui va uniquement réchauffer l’enveloppe corporelle alors que la circulation sanguine et les organes sont en hypométabolisme ", souligne le Dr Laterre.

Les personnes vont donc simplement être couvertes d’une couverture de type fil métallique pour éviter davantage de perte thermique. Ensuite, les médecins procèdent au réchauffement interne c’est-à-dire qu’ils introduisent une sonde dans la vessie et l’estomac du patient et y font passer des liquides tièdes de manière à faire monter progressivement la température interne du corps. "Tout est monitoré, poursuit Pierre-François Laterre, de façon à suivre ce réchauffement progressif. Il ne faut pas augmenter de plus d’un ½ toutes les deux heures. Un réchauffement trop brusque peut en effet provoquer des troubles d’arythmie cardiaque voire un arrêt cardiaque. "

Selon les cas, la personne est réchauffée en 4-6h mais cela peut monter jusqu’à 24h.

Quelles sont les précautions à prendre ?

Plusieurs recommandations permettent d'éviter l'hypothermie. Tout d'abord, il est conseillé de se protéger des environnements froids : se couvrir avec plusieurs épaisseurs retient la chaleur, sans oublier de couvrir les extrémités, avec des gants et un bonnet (20% de la chaleur sont retenus au niveau du crâne). Si l'on est mouillé, il faut aussi vite que possible se changer avec des vêtements secs (un vêtement trempé perd 90% de sa capacité isolante). Remuer au maximum pour faire circuler le sang et se réchauffer, est essentiel. Attention aux vêtements trop serrés qui ralentissent  la circulation sanguine. Derniers conseils: s'abriter pour éviter le vent et boire régulièrement pour réchauffer son corps. L'alcool est à éviter. Il donne, en réalité, une fausse impression de chaleur du fait de la dilatation des vaisseaux.

Quelles sont les personnes le plus à risque ?

Lucie Dendooven

Retrouvez l'article original sur RTBF