Guy Bedos sur les antennes de la RTBF : rires, ironie et confidences (vidéos)

Ce jeudi, la nouvelle tombait et en a rendu nostalgique plus d’un(e) : Guy Bedos est décédé.

Ce jeudi, la nouvelle tombait et en a rendu nostalgique plus d’un(e) : Guy Bedos est décédé. Agé de 85 ans, l’humoriste et comédien a pendant une petite cinquantaine d’années, écumé les radios et plateaux de télés. Toujours prolixe, le regard malicieux, aimable mais franc-tireur impitoyable, il se prêtait volontiers au jeu des interviews. Revoyons donc quelques-uns de ces passages sur les antennes du service public belge francophone. Grâce à la Sonuma, les archives télévisuelles (Retrouvez aussi toutes ces séquences et d'autres sur Auvio). 

Je passe ma vie à ne pas faire ce que je dis

                                                                                        Entretien avec Michèle Cédric 

Bedos était l’invité de l’émission "Dites-moi", le 02 septembre 1991. Il s’y livrait, à coeur ouvert, à Michèle Cédric depuis Genève.


►►► À lire aussi : Guy Bedos est décédé à l’âge de 85 ans


 

Toiles de maître

Guy Bedos était aussi comédien. Il a marqué la comédie française avec "Un éléphant, ça trompe énormément", et sa suite, "On ira tous au paradis", encore dans toutes les mémoires. Yves Robert avait fait mouche en le faisant jouer Simon, ce médecin hypocondriaque malmené par sa mère poule Marthe Villalonga (alors que dans la vraie vie, elle n’a en réalité que deux ans de plus que Bedos). Avant de se faire plus discret sur grand écran à partir des années 80, il joua cependant dans de nombreux films dans les deux décennies précédentes (dont Dragée au poivre, qu’il coécrira en 1963). Notamment qu’on l’avait aperçu encore dernièrement en télévision, notamment dans la série Kaamelott (livre VI) fin des années 2000.

 

Archive RTBF : séquence "selfie film" avec Guy Bedos dans "Tellement ciné" (31 mai 2016)

Un long moment à table avec Guy Bedos dans "le Carrousel aux Images", le 23 septembre 1970. Le comédien venait y présenter le film "Le Pistonné" de Claude Berri. Il y parle notamment de sa liaison avec l’humoriste Sophie Daumier, et de l’importance qu’elle tient également dans sa carrière.

Archive SONUMA

Venons-en à son couple avec Sophie Daumier. Chose rare à l’époque, ils étaient humoristes à la ville comme à l’écran. Et faisaient des sketches et autres prestations ensemble – on se souvient notamment du célèbre sketch "la drague" dans les années 70-. On les retrouve ici tous deux sur les antennes de la RTB, dans "Face au public" en 1967 (Archive Sonuma, 20 janvier 1967).

Facétieux et engagé

L’humoriste tapait sur tout ce qui bougeait, notamment dans ses "revues de presse" de ses fins de spectacle. Son cœur penchant à gauche (gauche qu’il ne ménagea cependant absolument pas), on se souvient aussi de ces coups de gueule, de ses prises de position et de ses combats.

 

 

Avec sa sulfateuse (et son air de ne pas y toucher), il s’attaque notamment à Jean-Paul II, et touche un mot du monde exotique de la politique belge, dans cet extrait du JT de la RTBF du 28 janvier 1985.

L’amour du public…

Je me paye le luxe d’avoir une morale

Entretien diffusé au Journal télévisé de la RTBF du 13 février 1980 (Archive Sonuma)

Plus récemment, Guy Bedos était encore à Reyers en tant qu’invité du "Dan Late Show" (le 06 mai 2016)

… Et l’amour de Nicolas

Ce jeudi, c’est Nicolas Bedos qui a le premier annoncé la mort de son père, sur Instagram. Une affection toute particulière liait les deux artistes. Une sensibilité à fleur de pot, un style singulier, un humour dévastateur, une évidente ressemblance physique, aussi.

Guy Bedos présentait un texte sensible, caustique mais néanmoins désabusé après la naissance de Nicolas (né en 1979). Il fut lu dans l’émission TVF Magazine, diffusée le 08 janvier 1980 (magazine destiné aux femmes mais incluant des hommes, consacré ce jour-là à "l’accouchement sans douleur").

Archive Sonuma

Kevin Dero

Retrouvez l'article original sur RTBF