Grève mondiale pour le climat de ce vendredi: à quoi vous attendre?

Ce vendredi 15 mars, les jeunes du monde entier ainsi que des centaines d'ONG et de collectifs pour le climat entreprendront une grève afin de mettre la pression sur les dirigeants de la planète et les forcer à prendre des mesures concrètes contre le réchauffement climatique.

Nouvelle mobilisation d'ampleur en Belgique

Alors que depuis plusieurs mois, des grèves scolaires sont organisées chaque jeudi en Belgique par Youth For Climate, un rassemblement d'étudiants soucieux de l'avenir de la planète, des milliers de personnes sont attendues ce vendredi 15 mars dans au moins 26 différents endroits en Belgique comme l'annonce Global Strike For Future.

"En 2015, nos gouvernements se sont engagés à Paris, de protéger notre futur en gardant le réchauffement climatique en-dessous les 2 degrés Celsius, de façon juste au niveau sociale en climatique. Trois ans ont passe et notre futur semble plus sombre que jamais", annonce le collectif sur la page Facebook prévue pour l'évènement.

Toutes les grandes villes du pays dont Bruxelles, Namur, Arlon, Mons, Tournai, Charleroi, Liège, Louvain-la-Neuve, Louvain, Hasselt, Bruges, Gand et Anvers seront concernées.

A Bruxelles, une marche se déroulera entre 13h30 et 15h30. Amnesty International appelle ses sympathisants à s'équiper de lunettes de piscine et/ou des masques et tubas pour symboliser la montée des eaux causée par le changement climatique.

A Louvain-la-Neuve, le rassemblement est prévu de 12h45 à 14h30, comme l'a indiqué mercredi l'assemblée générale des étudiants de Louvain (AGL), qui soutient les différents collectifs à l'initiative de l'événement.

La mobilisation devrait rassembler des élèves des écoles secondaires, des étudiants de l'enseignement supérieur, des chercheurs, des centrales syndicales, du personnel académique ainsi que des parents et grands-parents. "A Louvain-la-Neuve, la protestation sera intergénérationnelle, joyeuse et radicale", résument les responsables de l'AGL.

Les participants souhaitent envoyer un message aux dirigeants politiques un message pour leur faire comprendre que le temps des discours est révolu et qu'il est temps de prendre des mesures concrètes. Parmi ceux-ci, des ONG telles que Greenpeace, le CNCD-11.11.11 ou Oxfam Belgique mais aussi des associations comme La Ligue des familles seront représentées.

"Difficile d'obtenir un aperçu complet des actions locales"

Le front commun composé des mouvements citoyens Youth for Climate, Students for Climate, Workers for Climate, Teachers for Climate et Rise for Climate a tenté de dresser, lors d'une conférence de presse organisée mardi, un récapitulatif des nombreuses actions prévues en Belgique.

Mais "l'ampleur de la dynamique est telle qu'il est difficile d'obtenir un aperçu complet des actions locales", a affirmé Bakou Mertens, l'un des responsables de Students For Climate. "La dynamique locale est très forte, ce qui démontre que toutes les couches de la société sont concernées".

Les différents mouvements appellent les citoyens à débrayer vendredi pour exiger une politique climatique ambitieuse. "Nous avons également sollicité les politiques, dont certains ont déjà annoncé leur soutien", a ajouté Dries Cornelissens, de Youth for Climate.

Obligatoire en Flandre

En Flandre, la participation à la marche pour le climat de ce vendredi sera obligatoire dans plusieurs écoles. La ministre flamande de l'Education, Hilde Crevits a déclaré au Nieuwsblad que "la participation à l'événement est une activité extra-muros, liée au projet pédagogique, aux objectifs éducatifs et au programme d'apprentissage". Côté francophone, Marie Martine Schyns ne souhaite pas que les élèves soient pénalisés au cas ou ceux-ci participeraient à la grève.

Impossible à l'heure actuelle de déterminer le nombre d'établissements scolaires qui fourniront des dérogations à leurs élèves pour participer à la marche mais les organisations espèrent que les professeurs prendront également part au mouvement.

"Nous voulons que le 15 mars soit un gigantesque succès", a souligné un représentant de Teachers for Climate. "La tâche des professeurs est de conscientiser et aider les jeunes à changer le monde."

Quid des syndicats?

Les différentes ONG et collectifs ont également appelé les syndicats à soutenir le mouvement et déposer un préavis de grève afin que le plus grand nombre puisse rejoindre la mobilisation.

La FGTB assure appuyer le mouvement climatique mais laisse le soin aux centrales professionnelles de se positionner. Trois des six centrales du syndicat socialiste, la Centrale générale, la FGTB Horval (horeca et alimentation) et la FGTB Métal ont déjà déposé un préavis de grève, contrairement aux secteurs des employés (Setca), du transport (UBT) et des fonctionnaires (CGSP).

La FGTB wallonne a fait savoir via un communiqué qu'elle comptait s'associer, "dans toutes ses composantes", à l'action des jeunes pour le climat et soutiendra donc la grève. "Sans récupération aucune, nous serons aux côtés des jeunes dans les manifestations qu'ils organiseront le 15 mars", ajoute-t-elle.

"Plusieurs centrales professionnelles ont déjà annoncé qu'elles couvriront leurs affiliés par une indemnité de grève qui leur permettra de participer à cette mobilisation. Dans d'autres secteurs, les centrales professionnelles ont écrit aux fédérations patronales pour que les délégués puissent organiser des assemblées du personnel ou participer aux nombreuses manifestations qui seront organisées dans le pays", rappelle le syndicat socialiste.

Les syndicats belges restent pourtant relativement divisés sur la question. Si la plupart soutiennent le mouvement, tous ne devraient toutefois pas couvrir leurs affiliés grâce à une indemnité de grève.

La CSC déclare soutenir la mobilisation mais ne pas avoir "l'intention de déposer un préavis de grève". Elle assure toutefois que "des syndicalistes seront massivement présents le 15 mars".

La CGSLB a également décidé de ne pas déposer de préavis de grève. Le syndical libéral affirme par voie de communiqué "soutenir le mouvement, mais pour qu’un plus grand nombre puisse adhérer aux mesures proposées, nous estimons qu’elles doivent aussi être sociales et justes".

Le syndicat affirme en outre "en ce qui nous concerne, la grève est le dernier moyen de pression, notre ultime recours".

Une grève à l'échelle mondiale

Les étudiants et autres collectifs ne marcheront pas seuls demain puisque c’est une journée mondiale de grève qui est prévue.

Suite à l’appel international lancé par Greta Thunberg, la jeune et fameuse activiste suédoise, pour réclamer une politique ambitieuse qui limite le réchauffement climatique à 1,5°C, ce sont plus de 1.200 actions prévues dans dans plus de 100 pays qui sont programmées.

Les organisations, collectifs, et activistes d'horizons divers sont attendus et la mobilisation devrait être globale. Une carte mise à disposition par Greenpeace reprend la liste de tous les événements prévus ce vendredi et illustre l'importance de la mobilisation prévue.

En outre, une "Marche du Siècle" organisée par des centaines d'ONG devrait également se tenir ce samedi 16 novembre et devrait rassembler des milliers de manifestants dans toute la France. Des rassemblements prévus dans de nombreuses villes de France dont les revendications portent aussi sur le volet social qui doivent sonner le début d'un "printemps social et climatique".