Ville de Bruxelles 1000

Gouvernement bruxellois: Groen n'imagine pas qu'Ecolo n'y soit pas

5 jours après les élections, les négociations avancent chez les néerlandophones à Bruxelles… Groen, l’Open Vld et one.

5 jours après les élections, les négociations avancent chez les néerlandophones à Bruxelles… Groen, l’Open Vld et one.brussels ont décidé d’entamer ensemble les discussions pour la formation du prochain gouvernement bruxellois. A trois, ils disposent de dix sièges sur les dix-sept du groupe linguistique néerlandophone. Pourquoi ce choix ? Et sous quelles conditions ? La cheffe de file de Groen reste très prudente…

Elke Van Den Brandt ne se mouille pas trop. Certes, elle se félicite de ces avancées pour la mise sur pied d’un gouvernement pour l’entité fédérée, mais pour le reste, c’est le mystère.

a ne commence que maintenant. Il faut trouver une majorité dans les deux groupes linguistiques, mais il faut surtout trouver un projet commun avec tous les partis néerlandophones et francophones à Bruxelles, et surtout avec les Bruxellois" dit-elle au micro de Soir première.

Et c’est vrai que si Groen a décidé de s’associer avec l’Open Vld et one.brussels (les socialistes flamands) du côté néerlandophone, du côté francophone, rien n’est encore annoncé. Mais pour Elke Van Den Brandt, Ecolo se retrouvera forcément dans ce gouvernement. "Evidemment que pour la famille écologiste, Groen et Ecolo, nous espérons être ensemble. Ce serait logique. Ecolo a bien gagné les élections, je ne peux pas m’imaginer qu’ils ne soient pas là !"

Cependant, la cheffe de file de Groen ne se risquera pas à dire que si demain Ecolo ne se trouvait pas au sein de ce gouvernement bruxellois, les verts flamands claqueraient la porte. Prudence, prudence…

Point probablement important de ce futur accord : le métro

Il faut non seulement trouver des partenaires pour former un gouvernement, mais il faudra aussi négocier le contenu de l'accord de gouvernement. Et là-aussi, Elke Van Den Brandt reste mesurée, notamment lorsque l’on mentionne des dossiers précis, comme celui du métro bruxellois : "le métro sera un de point qui sera discuté avec les autres partis pour avoir un projet pour Bruxelles et le futur". On sait que qu’Ecolo s’oppose au "tout au métro", et préfère miser sur l’investissement dans les autres transports en commun déjà existants et les alternatives à l’automobile. "Il faut avoir plus de bus en site propre, plus de trams en site propre, il faut aussi mieux utiliser le train" dit la cheffe de file. Pour Groen, il faut surtout que les choses bougent maintenant, assure Elke Van Den Brandt.

RTBF La Première

Retrouvez l'article original sur RTBF