Ciney 5590

Gestion du Covid-19: on ne voudrait pas passer pour des vieux cons mais… on est inquiets!

La rédaction de Matélé se questionne sur son rôle pendant cette crise sanitaire. En fait-elle trop? Pas assez? Quelle est sa responsabilité en tant que média local?

On ne va pas se mentir, on en a marre… Marre de voir revenir sans cesse le même sujet sur la table de la réunion de rédaction, marre d'interviewer tour à tour la première ligne et les oubliés, marre de nous plonger dans des graphiques qui descendent et puis qui remontent. Comme vous, nous en avons marre de ce coronavirus.

A cette lassitude est venu s'ajouter depuis quelques jours un nouveau questionnement. En fait-on trop? Pas assez? En tant que média local, quelle est notre responsabilité? Traiter encore et toujours les conséquences de la pandémie au risque de lasser certains et de participer à cette perte d'adhésion aux mesures sanitaires ou, chez d'autres, de renforcer un climat déjà anxiogène par nature? Au contraire, faire l'impasse, du moins en partie, sur cette actualité au point de créer un faux sentiment de sécurité?

La réalité est qu'aujourd'hui, Ciney a tristement rejoint le peloton de tête des communes les plus proportionnellement touchées de Belgique. En l'espace de dix jours, une crèche, une classe et une équipe de foot ont vu se développer en leur sein un véritable foyer de contagion. Alors, même si ça fait hausser les sourcils des coronasceptiques et des complotistes de tout poil, nous avons choisi de traiter ces infos en les décodant tout en les laissant, à ce que nous estimons, leur juste place.

Pas des vieux cons mais…

Soyons clairs, il n'est pas de la responsabilité de Matélé, ni d'aucun média d'ailleurs, de vous faire adhérer aux mesures prises par les autorités de ce pays. Tous les jours, dans notre vie privée comme dans nos activités professionnelles, nous en mesurons, comme vous sans doute, les limites et les incohérences.

Ceci étant posé, on ne peut s'empêcher de constater qu'à certains endroits, le virus semble être complètement sorti des esprits alors qu'à d'autres, singulièrement dans les maisons de repos, on regarde les chiffres grimper la boule au ventre.

Alors, à notre questionnement sur le traitement de la pandémie, nous allons poursuivre la ligne médiane qui est la nôtre depuis mars: vous informer de la situation dans notre région en tentant d'éviter deux écueils, le sensationnalisme comme l'angélisme. Là, se situe notre responsabilité, oserait-on écrire, sociétale dans la gestion de cette crise: relater et décoder la présence du virus chez nous. A vous d'en tirer les conclusions qui vous semblent justes et d'adapter votre comportement en fonction.

La gestion collective de cette épidémie revient assurément aux mondes politique et scientifique mais on ne peut s'empêcher de penser que son contrôle dépend aussi des attitudes individuelles de chacun.

De notre côté, on ne voudrait pas passer pour des vieux cons, mais… on est inquiets!

Retrouvez l'article original sur MAtélé