Fedasil confronté à un manque de places d'accueil pour les demandeurs d'asile

La structure d’accueil pour les demandeurs d’asile, Fedasil, tire la sonnette d’alarme.

La plupart des lieux d’hébergement ont désormais atteint ou dépassé les 100% d’occupation. Rien qu’en octobre, Fedasil a accueilli un nombre record de 973 personnes. Pour loger la totalité d’entre eux, Fedasil a donc dû prendre des mesures comme l’installation de tentes ou de containers dans plusieurs centres, comme l’explique Jean-Pierre Luxen, le directeur général de Fedasil : "Pour l’instant, nous sommes dans une situation très critique, dans la mesure où nous sommes amenés à rechercher tous les mois, plus de 750 nouvelles places. Le réseau actuel de 25.000 places est saturé. Par conséquent, effectivement, semaine après semaine, nous sommes, en permanence, à la recherche de places, dans l’ensemble du pays. Et, actuellement, c’est vrai que nous sommes amenés à réinstaller comme en 2015, des demandeurs d’asile dans des petits chalets, ou des campings, comme dans la région de Spa ou à Jalhay".

Pour répondre à la hausse des demandes d’asile, et à la saturation des centres d’accueil, le gouvernement a arrêté plusieurs mesures, comme le renforcement du personnel pour traiter les dossiers. Les services fédéraux vont soutenir les instances d’asile en tentant de libérer des bâtiments. En outre, Fedasil va pouvoir lancer en extrême urgence un marché public à des partenaires privés.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette situation. Il y a tout d’abord une hausse des demandes, notamment d’Amérique centrale, mais aussi la suppression de nombreuses places depuis 3 ans.

 

L.V. avec D. Brichard

Retrouvez l'article original sur RTBF